Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

cheminement

La satisfaction dénoncée par Hegel (« A ce dont un homme se satisfait, on mesure la grandeur de sa perte. ») n'est sans doute pas celle prônée par Patanjali (Yoga Sutra, II.42) : Samtosad anuttamah sukhalabhah. : « From contentment, unsurpassed happiness is gained. »
Dans cet ashram surplombant Ganga, le plus sacré des fleuves, il s'agit de se sentir bien dans le Chemin, de se sentir en harmonie avec la nature, de produire « l'action juste » de façon constante et cela en cultivant le doute certes, mais aussi en sachant se limiter quelque peu, c'est-à-dire en refusant parfois d'aller vers de nouveaux défis parce qu'il faut bien admettre, en toute humilité, que l'on ne parviendra jamais au bout du chemin, même si celui-ci n'est constitué que de questions existentielles.
Déjà, en ce domaine de l'intellect, la limitation de notre cerveau nous garantit une insatisfaction éternelle devant les mystères de l'univers, mystères qui d'ailleurs ne vont pas en s'éclaircissant au fur et à mesure qu'on les perce; non, ils en révèlent d'autres encore plus insondables, encore plus étranges. La nature se complexifie au fur et à mesure qu'on l'approche...
Que dire alors des défis d'ordre non intellectuels, ceux qui concernent l'autre utilisation du cerveau, un cerveau en Chemin vers l'autre rive de nulle part: c'est dire qu'il n'y a pas de but, mais puisqu'il y a Chemin, c'est dire aussi qu'il faut tenter de l'atteindre, ce non-but...




P.S.: Il n'y avait pas eu de billet le 10 mars 2008. Celui-ci, le second écrit le 6 mars, évoquait une pensée venue tout droit de... l'enfer, cet endroit où, selon Léo Ferré si ma mémoire est bonne, Dieu porte des lunettes noires pour ne pas être reconnu de ses admirateurs: émanation.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

grosnuages 11/03/2009 15:12

Bonsoir, les mots, les vôtres, les nôtres... silence, contemplation, accueil... tel vos textes... un beau partage...

Marc 13/03/2009 21:59


Merci.


marc 11/03/2009 14:46

au debut on se met en chemin dans l'espoir d'atteindre un but nouveau( ça plait bien à l'ego d'ailleurs, ce nouveau chemin, il -fait de la méditation-)puis il faut en rabattre, jusqu' à réaliser que le but est atteint à chaque fois qu' on est très exactement sur le chemin ,qu'etre présent sur ce chemin, c'est toucher totalement le but qu'on s'était fixé.aussi, je repense souvent à cette parabole tombée de la bouche de thich nath hanh : "perdus dans la forêt, la nuit, vous levez la tête: reconnaissant l'étoile du berger, vous commencez à marcher vers le nord.pourtant, votre intention est de sortir de la forêt obscure, pas de poser le pied sur l'étoile du berger..."( à peu près.)

Marc 13/03/2009 22:20


"Le but est atteint à chaque fois qu'on est très exactement sur le chemin": Voilà une formulation parfaite, selon moi.
Quant à la parabole que vous citez, j'avoue que son sens m'échappe.