Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

retraite

Exception faite de ces géniteurs qui ont eu l'extrême cruauté de nous mettre au monde de souffrance, personne, jamais, ne nous cause un tort que nous n'ayons peu ou prou cherché, toute violence à notre égard étant d'abord la nôtre qui nous est retournée.
Ayant ainsi constaté l'intrinsèque neutralité, pour ne pas dire indifférence, du monde à notre égard - exception faite, cela va de soi, de ceux que nous avons enfantés (si c'est le cas) et qui, eux, ont toutes les raisons de nous en vouloir - il ne nous reste plus qu'à être, nous aussi, indifférents* vis-à-vis de ce monde, voire neutres ou mieux encore bienveillants, voire compassionnés, voire même.
..
Mais comment faire, demanderez-vous sans doute, pour éprouver ces sentiments? Ce tort causé par « l'autre » et que nous avons nous-mêmes d'une façon ou d'une autre cherché, ce tort-là, nous aurions sans doute pu l'éviter par un sage retrait dans une pièce silencieuse, à méditer sur le sens de « tout cela » et à vouloir - quitte à nous forcer au début - le bien de tous les êtres vivants (même s'ils n'ont, pour la plupart, aucune intention de ne pas perpétuer la souffrance en ne se reproduisant plus) ou tout au moins qu'ils souffrent le moins possible.

 





*: C'est que «ουτε τι των ανθρωπινων αξιον μεγαλης σπουδης ». (Rien des choses humaines n'est digne d'un grand empressement.) Platon, La République, X, 604
P.S.: Le merle évoqué dans le billet du 23 février 2008, le premier de l'année, cette fois c'est huit jours plus tôt encore, dans une ville de la Côte d'Opale, que je l'ai entendu. Divinement inspiré!

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

le musicien du dimanche 01/03/2010 01:38


(au sein d'une famille)


Marc 05/03/2010 19:04


(Même remarque.)


le musicien du dimanche 01/03/2010 01:36


pourquoi ne pas parler aussi d'incompatibilité (d'humeur et d'autres) parfois?


Marc 05/03/2010 19:03


Pourquoi, en effet.


melegandour@laposte.net 28/02/2009 19:26

Je trouve qu'il y a quelque chose de faux dans l'argument de ce billet. La reproduction, c'est une des caractéristiques des organismes vivants. Aucune intention n'intervient dans le processus, ausi neutre que le reste de l'univers.Qui souffre ? ou croit souffrir ? Par cette question, revenir au vrai sujet.

Marc 06/03/2009 19:10


Ce billet traite de retraite. Voilà son "argument" et le "vrai sujet" - que vous n'avez pas perçus.


Francoise-louise A-M 24/02/2009 11:58

Ce n'est pas parce que nos sens ne nous permettent pas de voir au-delà de l'horizon, que nous pouvons en déduire que c'est parce qu'il n'y a rien après.Donc si ce que l'on observe en deça ne nous convient pas, le mieux est d'avancer pour que l'horizon recule et  nous livre ses autres vérités.Amicalement 

Marc 26/02/2009 21:54


La vérité de l'horizon, ce serait le silence.
Amitiés.


marie-claude leloire 23/02/2009 18:17

J'aime bien le com de Marta