Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

sagacité

La maturité, ce serait de savoir que bien gagner sa vie, ce n'est pas gagner beaucoup d'argent.
Que nous vivons dans une société immature où le quantitatif prime sur le qualitatif, l'interprétation de l'expression usuelle « bien gagner sa vie » le montrerait si besoin en était. Jamais on n'entend par là faire un travail intéressant ou utile ou encore honnête. On entend par là gagner beaucoup d'argent, et cela à n'importe quel coût pour les autres et pour l'environnement.




P.S.: Le billet du 15 février 2008 vous rappelait le dilemme fondamental de l'existence humaine.


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Dominique Boudou 20/02/2009 15:10

Une éternité, aussi, que je n'étais passé par chez toi ! Un peu de sagesse en ces temps déraisonnables, c'est toujours bon à prendre.

Marc 21/02/2009 12:08


Le temps passe vite, hein?


céleste 18/02/2009 14:30

Une société immature, c'est bien ça!Et la planète dans sa totalité, êtres vivants, sols, eau, air,  en paie les conséquences.Trop d'êtres humains perdent leur vie à la "gagner".C'est absurde.baci

Marc 21/02/2009 11:49


"Le travail,c'est ce que l'homme a iventé pour ne rien faire de sa vie", disait (à peu près) ce Raoul Vaneigem (quel style!) que nous aimons lire, tous deux, Céleste.
Baci


Artno 16/02/2009 22:05

tout le problème vient du mot "gagner" dont découle ceux de "compétition", de "plusfort", de "meilleur"...

Marc 21/02/2009 11:02


A mon avis, tout le problème vient de l'homme et de sa culture du travail. L'usage du mot n'est que révélateur.


mamalilou 16/02/2009 14:54

je te rejoins là encore sur ce sujet..."bien gagner sa vie" devrait a priori relever du qualitatif et non du quantitatif...mais qu'on ne s'y trompe pas notre confort va vite dépendre des économies et de la restriction, notre liberté de posséder s'accompagne de charges d'entretien, de réparation, de stockage, de recyclage, de déplacement, de taxes, d'impôts, des astreintes quoi...trop de liberté tue la liberté, si elle n'est pas accompagné de discernement et de circonspection...c'est bien connu.à partir de là on atteint la réflexion sur la bioéconomie...bonne journée à toi

Marc 21/02/2009 11:00


Trop de liberté (sans s) pour la bêtise a tué l'humanité - et bon nombre d'espèces animales et végétales. Ce n'est qu'une question de temps pour la disparition du dernier homme. Deux siècles,
peut-être moins. (Lis la Route de Mac Carthy). Vu de très haut, au fond qui s 'en plaindra?
En attendant, et pour retarder quelque peu l'échéance, on peut essayer la bioéconomie...


.......... 16/02/2009 09:32

De cette société il faut prendre la tangeante, si nous voulons regagner la vie, ses gagnages.

Marc 20/02/2009 23:15


Le chemin de traverse...