Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

abri (deuxième)

Mais où cours-tu comme cela?
C'est le titre d'un livre qu'on lit aux toilettes dans cette maison. Normal: ici tout le monde court et personne n'arrive jamais nulle part. (Félicitations quand même à nos hôtes pour leur choix de lecture.)
Il me semble, cela dit, que le dernier degré de décadence d'une civilisation est atteint quand les toilettes sont devenues l'ultime refuge de la réflexion.




P.S.: On dit que l'étonnement est le moteur du philosophe. Ce serait aussi celui du méditant, comme le montre ce billet du 22 janvier 2008: étonnement.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
C
je suis d'accord avec Marie Claude, je dirais même plus: le corps se vide et l'esprit se remplit :-)
Répondre
M
<br /> Marie-Claude est la sagesse même.<br /> <br /> <br />
F
C'est parce que les "toilettes" sont de plus en plus souvent la seule pièce de la maison sans télévision...."C'est le Progrès"!! 
Répondre
M
<br /> De là à en faire la bibliothèque...<br /> <br /> <br />
Y
C'est aussi un lieu où l'on peut avoir l'angoisse de la page blanche....Je ne sais pas si Marc va apprécier (Tu peux supprimer)
Répondre
M
<br /> Marc apprécie. Mais sans plus.<br /> <br /> <br />
M
j'en connais beaucoup qui prennent en ces lieux le temps de la réflexion, au fond, ne joignent ils pas l'utile et l'agréable ?
Répondre
M
<br /> Je me garderai d'épiloguer sur la chose...<br /> <br /> <br />