Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

reflet

Ce jour-là, mes amis et moi, nous faisions la posture de la demi-lune (ardha chandrasan) qui exige concentration, souffle, souplesse, élégance, sens de la symétrie et du plan du corps. Il m'est apparu que les mouvements trahissaient bien plus que les défauts physiques des pratiquants (défauts qui sont le résultat d'habitudes néfastes: mauvaises façons de se tenir, de se nourrir, de se comporter; cependant la somme de tout cela ne sera jamais le tout, ce n'est pas si simple...), ils étaient le reflet de leur esprit au sens large, ils trahissaient ce que l'esprit était. Le modèle et son miroir. Les deux faces d'une même pièce.
Je le leur ai dit et ils ont compris. Je savais pourtant que je m'exprimais mal, que je n'exprimais pas tout, mais ils m'ont assuré qu'ils comprenaient ce que je ne pouvais bien leur dire, ce que je ne pouvais qu'entrevoir. Le message était passé. Le non-verbal avait réussi.
Et soulagé, j'ai commencé alors à voir plus clair, à pouvoir leur dire des choses sensées à ce propos. Je leur ai dit que l'esprit donnait les ordres au corps et que c'est ainsi que le corps révélait ce que l'esprit seul aurait caché*; cependant ce n'était qu'une partie de l'explication, leur ai-je dit encore, mais ils le savaient aussi! Je parlais de ce qui se passait dans l'instant et ils comprenaient que cela était valable aussi dans l'absolu!
Double satisfaction: cette fulgurance en elle-même et cette communion dans le partage.
Triple même, car il faut dire aussi que la méditation (dhyan) qui clôtura la séance fut parfaite pour tous.




*: Dans la fulgurance non remaniée il était dit : « [...] et que c'est ainsi que cette trahison de l'esprit par le corps était prouvée. »
P.S.: Le billet du 11 décembre 2007 parlait du basculement du monde que nous étions en train de vivre. Un basculement qui, manifestement, s'est encore précisé...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Yog' La Vie 12/12/2008 14:00

C'est un bel avancement que de pouvoir se (faire) comprendre à 1/2 mots. Révélation de ce qui est déjà.

Marc 12/12/2008 16:37


C'est aussi extrêmemnt "rewarding". On dit gratifiant, je crois.
Ce qui est là est là.


soisic 12/12/2008 11:01

la maladie est le mal qui dit,c'est donc le dit du mal.....

Marc 12/12/2008 16:35


Wwaaoow!


Michel 11/12/2008 19:35

C'est rare, cette compréhension instantanée... bon groupe...et oui, le corps reflête l'âme dans sa façon de se mouvoir...

Marc 12/12/2008 16:34


Excellent groupe, tous de amis. Et parfois sur la même longueur d'onde, ce qui justifie qu'on les réunisse pour deux ou trois futilités appelée yoga.


Francoise-louise A-M 11/12/2008 14:44

Je préfère la version nouvelle car l'enfant qui tombe en apprenant à marcher ne trahit pas l'enseignement de ses parents. Il fait ce qu'il peut, il est en apprentissage.Merci pour ce moment en partage.

Marc 12/12/2008 16:32


Parlons-nous de la même trahison?
Amitiés


© Jack MAUDELAIRE 11/12/2008 14:33

---> Bonjour Marc,
Est-ce que je dois comprendre que si mon corps me fait souffrir, mon esprit souffre également de quelque chose dont il me faut apprendre à reconnaître ?
Bien amicalement, Jack.

Marc 12/12/2008 16:30


Attention aux généralisations, cher ami. Mon billet ne veut rien dire de plus que ce qu'il dit. Ou alors si peu.