Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

impossibilité

Aucun mot
aucune pensée
ne peut respirer
l'inénarrable bonheur
d'une senteur d'automne
au vent doux.




P.S.: Sous le titre morbidité, le billet du 30 novembre 2007 évoquait un symptôme extrêmement alarmant que nous présentons tous assez souvent.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

anonyme 03/12/2008 11:08

Dans le sentir s'origine la tonalité des pensées, qui vient dorer les mots ...ou les obscurcir.

Marc 09/12/2008 10:26


Avant le sentir, il y a la respiration, l'inspiration.


Francoise-louise A-M 02/12/2008 11:15

L'impossible n'est que la ligne d'horizon perceptible par notre raison.  Plus on s'en approche plus il s'éloigne. Les progrès de la science en témoignent. 

Marc 09/12/2008 10:24


“In the province of the mind, what is believed to be true is true or becomes true, within limits to be found experientially and experimentally. These limits are
further beliefs to be transcended. In the province of the mind, there are no limits.”
John C. Lilly. The Centre of the Cyclone. Calder & Boyars. P. 19













juliette 01/12/2008 15:19

ub autre amoureux de l'automne.....

Marc 09/12/2008 10:19


Eh oui. (Allez, je me remets Vivaldi...)


céleste 30/11/2008 16:38

Très joli poème de Lise.

à la senteur d'automne je préfère la vivacité du printemps, l'arôme des premières fleurs...mais c'est pareil :-)

marie-claude leloire 30/11/2008 15:56

merci Lilou .