Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

aspiration

2/2
Quand nous sommes libres, nous ne désirons pas cette « chose » irréalisable appelée bonheur. Le bonheur, c'est pour ceux qui ne sont pas (« Le vide aurait suffit », disait Cioran.) Malheureusement nous sommes, aussi nous pouvons seulement prétendre à la liberté. Laissons le bonheur pour les (malheureux) rêveurs!




P.S.: Le billet du 11 octobre 2007 évoquait la concordance de l'être et du présent.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

sonam 13/11/2008 11:19

C'est justement le désir, la soif...qui nous fait plonger dans nos conditionnements, illusions etc...le bonheur a toujours été là!Sonam

Marc 13/11/2008 16:02


Il suffit de si peu pour en retrouver la trace...


sonam 30/10/2008 13:32

La sortie de nos illusions, de nos conditionnements...Sonam

Marc 03/11/2008 09:34


... de nos désirs... de bonheur?


Sonam 27/10/2008 16:57

je pense qu'effectivement, le bonheur survient après un profond sommeil...Et que la sortie est dans le réveil!Sonam

Marc 30/10/2008 11:01


Tu peux préciser ta pensée et notamment ce que tu entends par sortie?


juliette 20/10/2008 18:11

Je m'interroge : Rêver tout court, c'est un peu "pauvre" mais multipleRêver à : c'est limiter ses désirs...Je crois que je préfère le premier

Marc 22/10/2008 17:15


Moi aussi.


...... 20/10/2008 13:34

"... Pourtant je me suis fatigué de cet esprit : et je vois venir un temps où il sera fatigué de lui-même. J'ai déjà vu les poètes se transformer et diriger leur regard contre eux-mêmes. J'ai vu venir des expiateurs de l'esprit : c'est parmi les poètes qu'ils sont nés. —"(des poètes, zarathoustra)