Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

voyage

1/2
Ramana Maharshi avait cette belle métaphore: « L'homme est comme le passager d'un train qui voyage sans déposer ses bagages. Déposez vos bagages, laissez-vous aller, conseillait-t-il. Le train les transporte aussi... »
En Occident surtout, les bagages des voyageurs sont particulièrement volumineux. C'est qu'en plus des soucis divers (ces sentiments qui nous font mal, colère, envie, jalousie) que chaque être humain sur terre connaît, beaucoup de bagages ici sont bourrés de superflu. (Dieu merci, il y a parfois encore un excursionniste qui se promène dans le wagon de la vie, les mains dans les poches, le sourire aux lèvres, libre. Peut-être même qu'il sifflote.) ...




P.S.: Dans le billet du 2 octobre 2007 on se demandait si on avait bien demandé tous les éclaircissements au Bouddha.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Francoise -Louise 05/10/2008 21:22

Petit bémol au commentaire précédent car je n'avais que survolé le blog cité. Assez pour découvrir le style, pas suffisament.Je ne suis que plus surprise de la visite courtoise que Marc a reçue et je crois qu'il aura eu l'opportunité de découvrir son antithèse.Cher Marc, si tu neutralises, après en avoir pris connaissance, mes deux derniers commentaires, je ne me sentirai pas censurée, pas du tout.A bientôtFrançoise-Louise  

Marc 07/10/2008 11:36


Elle a du style et le reste... Une blogueuse complète. En cela mon antithèse, c'est vrai.
Comment pourrais-je censurer de si délicats propos de ta part, Françoise-Louise?
Amitiés.


Francoise -Louise 05/10/2008 14:55

Parce que la 1ère partie du commentaire de Vallisnéria dévelopait ce que j'avais voulu exprimer dans mon commentaire sur l'opportunité de ne pas se séparer de ses bagages intempestivement, je suis allée faire un tour sur le blog de ce correspondant.Surprise sur prises. Ce qui m'enchante c'est que Vallisnéria soit venue visiter le blog de Marc.Ceci n'implique que moi, j'en conviens, mais j'en suis fière pour Marc - qu'il éprouve ce ressenti ou non, et , par ricochet, je suis fière d'être aussi une des fans de "faute de mieux".Sourire

Marc 07/10/2008 11:32


Moi aussi j'aime beaucoup Vallisnéria, chère Françoise-Louise. Et je suis ravi que tu sois fan de mon blog.
Bises


Vallisnéria 05/10/2008 12:00

en disant que je suis agacée j'exprimais seulement une émotion qui m'appartientVous n'avez pas à vous excuser :-) cela ne remet pas votre blog en cause !bon dimanche

Marc 07/10/2008 11:29


Merci et bonne semaine.


Vallisnéria 05/10/2008 10:47

Je suis un peu agacée lorsque je lis ce genre de textes. À quoi vous me rétorquerez à juste titre que rien ne m’oblige à les lire. Je me permets toutefois d’y mettre mon grain de sel. Le premier pas pour se défaire de ce que vous appelez les bagages - soucis, sentiments toxiques, voire superflus - mais qui décréte que c’est superflu ? - c’est de prendre conscience de leur existence, puis de prendre conscience qu’ils nous encombrent (éventuellement) car il se peut que sous une apparence toxique ces sentiments nous réparent.. Vous n’indiquez pas le fait que parfois, les sentiments qui semblent toxiques de l’extérieur c’est en fait ce qui fait exister les gens, les choses, les situations, et que " régler" un problème donne souvent l’impression à la personne qui l’avait de ne plus exister.
De plus, notre culture occidentale n’est absolument pas familiarisée avec cette notion de détachement encore moins d’allègement de ce que l’on possède de matériel - alors spirituel j’en parle même pas
C’est dommage que la commentatrice Françoise n’a pas laissé son site web. J’y serais bien allée faire un tour..
Amicalement

Marc 05/10/2008 11:54


Le détachement est une aspiration transcendant les cultures, me semble-t-il. Certaines personnes en Occident tentent de s'en rapprocher, alors que l'Orient, qui en était le champion,  s'en
éloigne de plus en plus.
Ce blog tente d'éviter le piège du tout occidental en philosophie. Pardon s'il vous agace.
Amitiés.


Francoise -Louise 04/10/2008 09:55

Les bagages les plus encombrants ne sont pas systématiquement les plus utiles.Toutefois, avant de s'en débarrasser, je crois qu'il est souhaitable de les revisiter ce qui nous permettra de situer les craintes obsolètes que nous devons éliminer avant de sélectionner ceux qui nous pèsent et nous freinent inutilement.Un platre est encombrant mais il ne peut être retiré avant que la reconstruction qu'il permet ne soit effectuée. Evidemment, gardé trop longtemps, il détruit ce qu'il était censé réparer.Voilà ce qui m'inquiète au niveau des conseils généralistes et, encore plus, au niveau des effets de la psychanalyse.Amicalement

Marc 05/10/2008 11:38


Je crains de ne pas bien saisir le fond de ta pensée, chère Françoise-Louise. Tu les veux comment, ces bagages alors?
(Pour Ramana Maharshi il s'agissait de ce qui nous encombre l'esprit et nous éloigne de nous-mêmes, du présent, et finalement du réel, de Brahman, la réalité ultime.)