Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

reconsidération

Nous entendons souvent dire sur le ton de l’évidence que le but de la vie humaine est de trouver le bonheur.
Dans la mesure où la vie est souffrance, le but de toute vie serait alors de vaincre cette souffrance. Mais le contraire de la souffrance, est-ce vraiment le bonheur? La non-souffrance, n’est-ce pas plutôt l’équanimité d’humeur, l’ataraxie?

Tant que cela n’est pas considéré, voire compris, l’homme ne court-il pas après des chimères; et à force de vouloir donner du bonheur à sa vie, ne fait-il pas que renforcer son ego (par rapport à celui des autres) et partant, l’injustice générale caractérisant son environnement et donc sa propre souffrance?





P.S.1: Le billet du 23 septembre 2007 évoquait la mémoire d’un grand moine, le  Bhikkhu Nanamoli:
démolition.
P.S.2:
9 octobre en 2006, 6 octobre en 2007, cette année c’est aujourd’hui, 23 septembre,  que l’humanité commence à vivre à crédit sur sa planète. Et dire qu’il y a encore des optimistes...
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
M
Pour moi, le bonheur, c'est se sentir fluide à l'intérieur. Vivre toutes ses émotion avec le même goût et le même plaisir d'être vivant : la peine, comme la joie, a le goût de la vie, et il serait bien domage de ne jamais la vivre. L'énergie de la colère et celle de la peur nous mènent aussi vers l'action, et nous font ressentir le bonheur de fabriquer et construire. Le calme et la tranquilité nous conduisent vers le bonheur de la contemplation.Il n'y a de bonheur pour moi que dans la diversité des équilibres qu'on rassemble. Bien loin de l'enthousiasme forcé et obligatoire. Un voyage par delà toutes les émotions de la vie.
Répondre
M
<br /> Grand merci pour ta définition infiniment respectable du bonheur.<br /> <br /> <br />
Y
C'est sur ton ps2 que je m'arrête. Le temps passe et rien ne change. Pourtant, on ne peut pas dire qu'on ne voit pas venir le mur à grande vitesse. Mais qui sait encore appuyer sur le frein ?Amicalement,Yog
Répondre
M
<br /> Yog! Quel bonne surprise!<br /> Je suis d'accord avec toi: le mur est là.<br /> Amicalement,<br /> Marc<br /> <br /> <br />
M
considérer que le bonheur est en toutes choses, c'est le savoir en soi, c'est lui ouvrir la porte qui conduit aux autres en allégeant le poids de la vie quand les tourments lui font nuages ... 
Répondre
M
<br /> Tu dois être bénie de dieux pour voir les choses ainsi.<br /> <br /> <br />
A
Il doit bien se marrer le bonheur, de se voir larguer à son pas, par ceux qui courent derrière lui.
Répondre
M
<br /> Il aurait une excuse pour ainsi s'esclaffer: il n'existerait pas.<br /> <br /> <br />
M
sachons être équanimessachons accueillir, jouir et oserver tout à la foisdans le détachementet au présentoui, tu l'as dit le bonheur est une chimère extérieurenous sommes la source de ce qui peut être un bonheurpour chacunet pour tous
Répondre
M
<br /> Merci pour ces sages précisions.<br /> <br /> <br />