Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

escorte

Lorsque les pensées se raréfient, la respiration et les battements du cœur se font ASSOURDISSANTS.
Il faut un certain temps pour que l’oreille s’y habitue, non qu’ainsi le cerveau masque la prise de conscience de ces bruits organiques par d’autres pensées, mais parce que s’entrouvre la porte vers un autre, très étonnant, silence.
Les bruits de nos organes et ceux du monde extérieur rythment une réalité, en attestent en quelque sorte (ce qui évite toute dérive auto-hypnotique) et accompagnent l’autre réalité, totalement silencieuse celle-là.




P.S.: Le billet du 10 août 2007 proposait un pèlerinage vers cette autre réalité (que j’appelle parfois l’autre rive de nulle part) évoquée aujourd’hui, un an plus tard.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
E
Merci beaucoup pour ce charmant article, c'est un plaisir de vous suivre
Répondre
M
C’est moi qui te remercie, qui que tu sois. Tu m’écris de si loin...
M
Nice! I am looking to get a good overview of the topic and your article provided help on the way. Thanks.
Répondre
M
Nice! I am looking to get a good overview of the topic and your article provided help on the way. Thanks.
Répondre
J
c'est treè beau ce que tu écris, très poétique et certaienent très vrai, lorsque on parvient à raréfier ses pensées
Répondre
M
<br /> Merci, Juliette.<br /> <br /> <br />
K
Marc, voilà un certain temps que je ne m'étais plus posée ici et je reconnais pour miens ces bruits intérieurs dont tu parles et cette note ainsi que le commentaire de mamadomi me reconnectent avec ce monde de l' enfance silencieuse, peuplée des rythmes universels ... En parallèle, s' y dessine le visage silencieux, intériorisé du vieil âge ...
Répondre
M
<br /> Kaïkan, quel plaisir! Moi aussi je t'ai délaissée. Tant de choses à faire...<br /> Avec Mamadomi tu places ce billet dans une perspective temporelle qui fait un peu trop défaut chez moi...<br /> Bonne continuation.<br /> <br /> <br />