Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

laisser-faire

1/2
Assis en silence, afin de renouer plus vite avec le présent nous pouvons bien sûr nous imposer de revenir à la respiration dès que nous nous rendons compte que le mental s’est évadé.
Mais ce retour brutal à la réalité de l’instant (« je respire ») n’apporterait ni la même qualité ni la même stabilité de prise de conscience que celles qui adviennent naturellement quand nous n’avons rien contraint, quand le mental a épuisé en toute liberté toutes les pensées, rêves ou fantasmes qu’il jugeait nécessaire d’éjecter.




P.S.: Le billet du 27 juin 2007 clôturait une série de réflexions sur les irréalités.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
L
"Le méditant lui-même n'est-il pas l'impermanence même? L'illusion (de<br /> surmonter, selon tes mots) dont je parlais plus haut serait là alors."Bien sûr que le méditant est impermanence tout comme toutes choses de ce monde terrestre. Mais le méditant est une chose et l'illusion en est une autre. Pas d'EGO pas de méditant, pas de méditant pas d'illusion.
Répondre
M
<br /> L'illusion serait partout, y compris et peut-être surtout dans la fatuité de certains et dans la croyance que le méditant est une chose et que l'illusion en est une autre.<br /> <br /> <br />
L
"Que t'apporterait ta méditation, si ce n'est le silence?"Médites et tu verras. C'est tout ce que je peux te dire de façon concrète et sans plonger dans le blabla inutiles des futilités.
Répondre
M
<br /> "Médites et tu verras":<br /> Aux fats ("If you have attained something") Suzuki disait:<br /> <br /> “As the attainment of the Tao does not involve a continuous movement from error to truth, from ignorance to enlightenment, from mayoi to<br /> satori, the Zen masters all proclaim that there is no enlightenment whatever which you can claim to have attained. If you say you have attained something, this is the surest proof you<br /> have gone astray. Therefore, not to have is to have; silence is thunder; ignorance is enlightenment; […]”<br /> (The Zen Doctrine of No Mind, D.T.Suzuki, Rider & Company, London, 1969, p.53)<br /> <br /> "Que t'apporterait ta méditation, si ce n'est le silence? "<br /> Silence is thunder...<br /> <br /> <br />
L
"Je pense que c'est le silence qui nous fait prendre conscience de nous. Les pensées nous en éloigneraient."A mon humble avis ce n'est pas le silence mais la méditation zen (cad l'attention qui mène à la concentration source de sagesse) qui nous fait prendre conscience de l'état d'impermanence et du NON EGO.
Répondre
M
<br /> Que t'apporterait ta méditation, si ce n'est le silence?<br /> <br /> <br />
L
Salut Marie Claude LeloireQuand tu te demandes à qui appartiennent les pensées tu fais allusion à l'EGO. Sans EGO pas de pensées. Pas de pensées pas de cogitation pas d'action pas de conscience.
Répondre
L
Rien n'est insurmontable pour un méditant de surmonter cette existence fondée sur l'impermanence.Cette notion de l'esprit pourrait paraitre incompréhensible et irréalisable pour un observateur.
Répondre
M
<br /> Le méditant lui-même n'est-il pas l'impermanence même? L'illusion (de surmonter, selon tes mots) dont je parlais plus haut serait là alors.<br /> <br /> <br />