Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

correspondance

À l’image forte du Bouddha qui envoie ses disciples dans toutes les maisons du village pour qu’ils rapportent de celle d’entre elles qui n’a jamais connu la souffrance le riz de son dernier repas (afin qu’ils comprennent qu’ils ne peuvent rentrer que bredouilles), on pourrait  rétorquer par celle, tout aussi emblématique, du Christ répondant à ceux qui veulent lapider une « pécheresse »: « Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre! ».
Ainsi, le bouddhisme met-il apparemment l’accent sur la souffrance, alors que le christianisme soulignerait, lui, l’importance du péché*.
Souffrance ou péché, lequel est le fléau originel? Pèche-t-on parce que l’on souffre ou souffre-t-on parce que l’on pèche? Lequel est le terreau de notre psychologie?




*: Mais est-ce bien ce que le Bouddha et le Christ voulaient réellement? Personne ne le saura jamais. On leur a fait dire tant de choses…
P.S.: Le billet du 23 juin 2007 "parlait", on ne peut plus brièvement sans doute, de silence sous le titre: crânerie.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
F
Est-ce que cette phrase extraite du "Dialogue avec l'ange" saura te traduire mon commentaire :" Le glaive ne s'abat que sur celui qui a peur car c'est de la peur que nait le glaive"Amicales pensées
Répondre
M
<br /> Merci, Françoise, pour cette tranchante précision.<br /> <br /> <br />
F
Je pense que le péché c'est l'erreur et que la souffrance en est la conséquence.L'erreur peut être volontaire ou involontaire. Néanmoins elle est désordre et la souffrance semble le dernier moyen, quand les autres n'ont pas été efficaces, pour réparer.Comment expliquer l'existence de peuples affamés, d'enfants exploités, mais encore de ceux qui paraissent privilégiés et qui s'autodétruisent doucement ou brutalement?Je crois que c'est la confusion entre l'Avoir et l'Etre, tentative désespérée d'acceder à la "Vie éternelle" d'une manière que l'on serait capable de comprendre.Cette erreur fondamentale, la recommandation du "don de soi" (Chrétiens) ou du sain renoncement (Bouddhistes) ne peuvent la corriger sauf si la personne accepte de choisir la confiance, de croire que le monde est paradoxal et non absurde, d'un niveau de sagesse qui nous est inaccessible aujourd'hui et que la vie de chacun est une manifestation de l'alliance universelle. 
Répondre
M
<br /> J'imprime ton texte et je médite dessus.<br /> Cela fait trois fois que je le lis sur écran sans succès ,-).<br /> Merci beaucoup en tout cas.<br /> <br /> <br />
C
"...lui jette la première pierre"ce qui suppose quand même que quelqu'un de" pur et dur " puisse le faireje déteste la notion de pêché.je n'aime pas trop la souffrance non plus, mais parfois elle est inévitable.je veux dire que si on se blesse on  mal.la notion de pêché est  au contraire très relative
Répondre
M
<br /> La souffrance est partout; le péché, dans nos têtes.<br /> Coucou Céleste. Bientôt Mother India?<br /> <br /> <br />
A
Ce que le Christ et le Bouddha voulaient dirent : on ne comprendra ,que ce que l'on est capable de comprendre !!!Et  je suis d'accord avec Orchis Mauve : on peut "pécher" par ignorance et ,ne pas  en souffrir .Bonne journée à toi Marc .
Répondre
M
<br /> "Parler aux gens dans la mesure de leur entendement", dit le Coran.<br /> Bonne journée, aussi, Anne marie.<br /> <br /> <br />
C
Eh bien voilà qui m'intéresse au plus haut point!Quel est ce péché originel selon le christianisme ?Ce n'est pas d'avoir volé le fruit de l'arbre de la connaissance, c'est d'avoir voulu devenir semblable à Dieu autrement dit l'homme a voulu devenir Dieu lui-même. C'est ce que firent avant lui les anges déchus, ceux qui céssèrent de louer Dieu pour se louer eux mêmes et se prendre pour Dieu, ils s'éteignirent alors et tombèrent hors du choeur des anges.Dieu créa un vase d'argile, l'homme, dont la destinée était de prendre la place des anges déchus au sein du choeur. Dieu donna à l'homme le libre arbitre au tout début de la création  . Et l'homme choisit hélas la même voie que l'ange déchu. Il eut envie de devenir Dieu lui-même. Dieu le maudit pour cela ainsi que toute sa descendance. C'est ainsi que nous sommes tous affublés de ce péché originel (mis à part l'immaculée conception) qui consiste essentiellement en un egocentrisme délirant qui toute notre vie nous fait tant vouloir le pouvoir, la puissance, l'influence, l'argent...Heureusement Dieu est amour et il prit bientôt la création en pitié et lui indiqua le chemin de la grâce. Ce chemin est simple renoncer volontairement à cet égocentrisme. renoncer à  soi-même et suivre Dieu. Il se fit même chair pour montrer l'exemple et le Christ livra sa vie pour nous montrer ce chemin de rachat du péché originel.Eclaire moi encore, Marc, sur les différences entre Bouddhisme et Christianisme.Au point où j'en suis moi, je ne peux que constater que ces 2 pensées ont un point commun, un début de solution : le renoncement à l'égo.J'aime bien ces sujets si passionnants et cela ne m'inquiète pas de savoir que le bouddhisme et le christianisme soient ou non diamétralement opposés. ce qui m'intéresse moi c'est de comprendre....Oups, j'ai encore envahi l'espace, pardonne moi! (rire)
Répondre
M
<br /> Il y aura d'autres sujets de ce type dans les jours qui viennent, Catherine. De quoi se poser des questions. Pour les éclairages, j'ai bien peur que...<br /> Merci pour ce beau texte.<br /> <br /> <br />