Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

courage

La complexité du monde et de la conscience seront sans doute toujours trop grandes pour l’intelligence humaine.
Ce n’est pas que l’homme doive cesser d’apprendre. Il est trop programmé pour cela; et le savoir est un but suffisamment estimable et excitant pour que nous le poursuivions sans relâche même si nous réalisons qu’il sera toujours incomplet. La cause est belle parce qu’elle est, et désespérante, et désespérée.
Cela dit, la déprogrammation totale de cette soif d’apprendre ne serait pas impossible. Encore faudrait-il oser* considérer cette libération plus favorablement que la captivité qui la précède.




*: Oser, parce qu’il faut aller à l’encontre de ce qui est majoritairement admis.
P.S.: Le billet du 11 juin 2007 parlait d’inanité et posait une question "attachante" (A quoi bon...?)
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
L
Je suis comme Marie-Eve, je ne pourrai jamais me déprogrammer de ce besoin vital d'apprendre, d'essayer de comprendre le monde où je vis, sachant mes faiblesses à pouvoir y changer quoi que ce soit ... mais être en mouvement, avec les autres, grâce aux autres et parfois pour les autres ...
Répondre
M
<br /> Et si désapprendre, c'était apprendre "vraiment"? Merci, Marie-Claude, pour cet appui à Marie-Eve.<br /> <br /> <br />
M
J'ai eu une période où je ne voulais plus ingurgiter...à quoi bon? Je suis devenue triste, je ne savais plus quoi raconter,...Apprendre m'est revenu comme manger, c'est vital. Echanger, c'est aussi se sentir vivre. Le tout est peut-être d'apprendre "bien" plutôt que trop et d'être présente dans cet apprentissage.
Répondre
M
<br /> Où finit le bien, où commence le trop, Marie-Eve? Merci pour ta sincérité.<br /> <br /> <br />
L
tes mots Marc me renvoient à ceux ci qui se sont inscrits en moi comme une évidence que je  ne partage pourtant pas souvent car je la sent délicate à exprimer .." Le savoir m'apparait lourd à transporterun monticule d'inachevé  qui ne fait que passer la vie ne s'empile pas , ne se copie pas elle vibre et se renouvelle sans cesse aussi je me contente de l'accompagner "
Répondre
M
<br /> J'aime beaucoup cet entre-guillemets. Merci Lilou.<br /> <br /> <br />