Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

hypothèses

Le plaisir serait le contrepoids de la souffrance, pas son opposé.
L’opposé de la souffrance, ce serait le bonheur et le bonheur, ce serait l’absence d’ego, que cette absence soit vécue dans un état méditatif ou mise en œuvre dans une pratique altruiste.




P.S.: Chercheur du chemin, le billet du 28 mai 2007 était un avis à votre intention.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Marie-Eve 29/05/2008 00:37

Le plaisir peut être de courte durée. Le bonheur est gravé dès lors qu'on l'a touché. Le bonheur gomme la souffrance, pas le plaisir, ce dernier n'est que pansement sur une plaie non soignée. Enfin, c'est comme ça que je ressens les choses...Bonne nuit Marc!

Marc 03/06/2008 16:05


Il laisse des traces, le bonheur. Et c'est sans doute pour cela, parce qu'on s'en souvient, parce qu'on voudrait qu'il revienne, qu'il ne revient plus...
Un autre peut-être (inespéré), mais pas celui-là...
Hello, Marie-Eve.


Leloire Marie-Claude 28/05/2008 16:58

le plaisir serait la jouissance du moment vécu avec la conscience du bonheur procuré ... Parfois il arrive que l'on médite sur le sujet, parfois que l'on agisse ...

Marc 03/06/2008 16:01


Dès la conscience du bonheur est là, celui-ci l'est-il encore?