Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

scepticisme

Si vous êtes l’unique sujet de vos préoccupations, votre esprit n’aura pas acquis assez de légèreté à l’heure de votre mort pour pouvoir s’envoler au-delà du champ de gravité de la terre (même la lune en est prisonnière) et vous reviendrez à nouveau vous enrober d’une enveloppe charnelle vouée à la souffrance…
Si au contraire vos préoccupations sont celles du Sens, alors votre esprit s’échappera pour toujours et ira rejoindre Celui qui était le sujet de vos méditations terrestres…
Ce genre de prose vous laisse de marbre? Tant mieux!
En Réalité, aucun esprit n’aurait à s’échapper de quoi que ce soit. Sa prison serait illusoire; comme le serait son supposé détenu. Seul le silence...




P.S.: Le billet du 9 mai 2007 parlait de relativité. Un dernier effort pour aujourd'hui.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Leloire Marie-Claude 10/05/2008 00:05

le corps et l'esprit sont intimement liés, ils naissent ensemble, évoluent de concert, et meurent simultanément ...voilà pourquoi chaque instant est à vivre avec intensité, avec curiosité, selon sa volonté !

Marc 10/05/2008 07:58


Profitons bien du soleil alors, Marie-Claude, ce long week-end sera pour lui.


catherine 09/05/2008 21:36

En dehors de l'idée de s'envoler ou pas, n'avoir que soi pour unique sujet de préoccupations, voilà qui fait une vie bien morne et terre à terre!Bon week end Marc

Marc 09/05/2008 21:51


Seul le silence... serait vrai. Dès lors, Catherine.
Bien du soleil, ces jours!


Sylvie 09/05/2008 12:01

Je vais vous révéler un secret, nous ne mourrons pas tous, mais transformés en un instant en un clin d'oeil au son de la dernière trompette.1 Corinthiens15;51Et ce n'est pas essentiellement à l'heure du départ, mais bien avant.Amitiée, Marc

Marc 09/05/2008 21:44


Dommage que je ne veuille même pas être du nombre de ces auditeurs immortels, Sylvie. Je préfère ne plus revenir. Tant pis pour la trompette que j'aimais tant quand c'est Miles qui jouait (avec Joe
Henderson au saxo ténor)...
Amitiés, Sylvie.