Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

préalable

Les pratiquants du hatha yoga s’interrogent souvent en vain sur les relations entre la souplesse du corps et celle de l’intellect, entre la respiration lente et la sérénité du mental, entre la posture immobile et l’esprit en extase, c’est-à-dire aux fluctuations arrêtées.
En fait, s’il est vrai que le physique doit d’abord travailler patiemment le mental pour que celui-ci s’éveille à un minimum de souplesse/sérénité/immobilité, il semble bien que ce n’est pourtant que lorsque le mental aura fait un certain chemin par lui-même, c’est-à-dire par la méditation, que le déclic physique se produira. Les progrès dans la souplesse du corps, dans la lenteur de la respiration et dans la tenue de la posture s’accélèreront alors de façon significative; bientôt aussi, toute agitation aura disparu et, comme l’enfant que nous avons été, nous goûterons à nouveau à l’instant.
Au fond, ce serait l’esprit du méditant bien plus que son corps, qui rend l’immobilité possible.
Vu de l’Inde*, Shankara avait sans doute raison et Patanjali, tort**.



*: Celle qui s'extrait du monde un peu chaque jour.
**: Pour autant que l’on se cantonne à une lecture exotérique de ses Yoga sutra. Shankara dans Aparoksanubhuti (119/120) est, lui, tout à fait clair: raillant les exercices de respiration (pranayama) du hatha yoga, il prétend que la respiration est dépendante du mental et non l’inverse. La méditation permet, selon lui, de pacifier le mental; et le corps, alors, respirera calmement. Vouloir contrôler la respiration d’abord, pense-t-il, c’est mettre la charrue avant les bœufs.
P.S.: Le billet du 24 avril 2007 évoquait cette fiction qu’est le temps.
 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Leloire Marie-Claude 25/04/2008 00:35

... immortalité possible ? ...

Marc 28/04/2008 21:19


Interrogation pertinente. Les yogis trouveraient dans l'immobilité une approximation de l'immortalité ou plus exactement de l'éternité (ils recherchent moins l'immortalité que l'extinction totale,
le sortir du cycle des naissances-vies-morts), c'est tout au moins la thèse de Koestler (dans le Lotus et le Robot) mais pour avoir vécu plus longtemps que lui au pays du Dharma éternel,
je suis moins catégorique sur la chose...


Sylvie 24/04/2008 23:02

La respiration, n'est-ce pas le souffle de vie...

Marc 28/04/2008 21:12


On l'appelle prana en sanskrit. Les Indiens ont tant à dire sur la façon de bien respirer sa vie...