Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

ouverture

Au plus haut point du royaume de la Perfection,
Il n’y a ni « moi » ni « autrui » :
Lorsque nous voulons l’identifier directement,
Nous ne pouvons que dire : « Pas deux ».*
C’est Seng-t’san, un patriarche bouddhiste qui dit cela dans le Shinjin-No-Mei (strophe 25); et D. T Suzuki a raison de souligner l’analogie entre le « Pas deux » qui clôture cette strophe célèbre et le « Tat tvam asi » de l’advaïta vedanta, la philosophie indienne de la non-dualité : Tu es Cela.
Les écoles bouddhiques et brahmaniques se sont influencées à travers les siècles. Il y a eu dialogue, débat d’idées.
Et même si elles ne dédaignent pas l’expérience personnelle d’investigation des états de la conscience, ces philosophies orientales (il y en a d’autres encore…) n’ont jamais fait l’impasse sur la rationalité et la logique. Leur sophistication est souvent exquise.
Quelques lectures - comme celle de D.T. Suzuki (1870 – 1966) - convaincraient facilement ceux qui, à la suite d’Heidegger et de tant d’autres, ne voient encore que la Grèce comme berceau de la philosophie…




*: Manuel de Bouddhisme Zen, D. T. Suzuki, Dervy-Livres, Paris, 1974, p.82.
P.S.: 51 personnes avaient répondu à l’enquête du 19 février 2007 : « Quel unique livre emmèneriez-vous si vous vous embarquiez pour un long voyage ? » La liste avait été dressée après le commentaire 41.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article