Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

plénitude

Dans un environnement urbain, nous ne pouvons connaître la paix mentale parce que les yeux se posent sans cesse sur quelque chose qui relève de la création humaine. L’artificialité de la chose vue et sa sophistication appellent automatiquement à des travaux mentaux de reconnaissance et de décodage.
Dans la nature par contre, tout est là avant nous et non par nous*. L’observation de celle-ci n'appelle pas à l’analogie, à l’identification, voire à la critique. Le cerveau reste libre et vide. Le désir naturel du mental pour le calme est rencontré.




*:
Une nature vierge de l’homme est de plus en plus exceptionnelle mais parfois il n’est pas trop difficile de faire « comme si » nous n’étions pour rien dans l’environnement que nous parcourons.




P.S.: Le billet du 9 février 2007 parlait, lui, de satisfaction.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

juliette 10/02/2008 17:41

Il y a toujours un ciel quelque part..

Marc 11/02/2008 17:17

Les îles grecques, loin des routes aériennes... Hier encore, mais aujourd'hui?

Yog 09/02/2008 10:54

L'autre jour, Marc, tu m'as dit : "Dans le désert on n'entend aucun bruit mais le mental peut aller à cent à l'heure".  Même dans la nature, l'esprit peut encore être à l'analyse, la critique. Dans le jugement du beau ou pas. C'est finalement notre attitude intérieure qui prime, quel que soit le lieu.Amicalement,YogPS: cela dit, je préfère largement la nature aux constructions urbaines.

Marc 11/02/2008 17:14

D'abord l'état d'esprit; ensuite seulement le lieu. Je partage donc ta conclusion mais sans pourtant négliger totalement le lieu comme facteur favorable à l'état d'esprit.Amicalement, Marc

soisic 09/02/2008 10:15

hier en marchant au bord de l'eau, j'ai ressenti cette plénitude en regardant l'horizon pas de trace de constructions humainesil est vrai que j'ai la chance de vivre au bord de la mer............

Marc 11/02/2008 17:06

Un horizon sans bateaux: que du bonheur!

lilou 09/02/2008 09:58

Venir à la rencontre .." le désir naturel du mental pour le calme est rencontré "Et cela fait toute la différence ..Quand ce n'est plus moi qui décide ..la rencontre a lieu.Quand mon regard se pose sur l'arbrejuste parce qu'il est là..La vie me dit que je suis là.

Marc 11/02/2008 17:05

Tout est dit.