Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

portée

L’important dans la musique de Miles Davis c’était ce qu’il ne jouait pas. Il plaçait trois notes et se retirait, la trompette dans le dos. Ses musiciens faisaient le reste et c’était génial. Mais personne ne s’y trompait: le génie c’était lui, en son attentive absence.
Le silence était important pour John Cage. Il l’a non seulement joué mais après du Cage le silence c’était encore du Cage.
Connaisseur, et en absence et en silence, Wittgenstein présentait son chef-d’œuvre Tractatus logico-philosophicus de la façon suivante (selon Tahar Ben Jalloun dans le Monde du 18 septembre 1998) :
« Mon ouvrage comporte deux parties: celle qui est présentée ici, et tout le reste que je n'ai  pas écrit. Et c'est justement cette seconde partie qui importe. » Dans cette première partie un aphorisme disait notamment : « Sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence. »
Quant au méditant, ce qui lui donne sens c’est peut-être bien une certaine façon d’être là qui chante l’absence et l’attention, et cela sur une musique de silence.





P.S.: Le billet du 6 février 2007 parlait de samyama.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
S
<br /> <br /> MAIS ..."peut-être" qu'il ne nous aime pas, "le hasard", au fait (nous persistons à vouloir-espérer qu' Il nous aime malgré toutes les violences humaines..., au fiat et au lux !) ?<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Même réponse que celle à votre commentaire num. 4. Nous tournons en rond.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> <br /> Puisse-t-Il alors "faire bien" toutes les choses (que l'homme n'entreprend que gauchement, le plus souvent !)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Le "toujours" dans ma question était peut-être de trop, je vous l'accorde. Mais ici, à la réflexion,  je maintiendrais le "peut-être".<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> <br /> ah c'est fort étrange pour moi de découvrir votre billet-ci datant de si loin, car il rassemble en tout mon texte par lequel vous vîntes me visiter , soit : la page non écrite (car le morceau<br /> musical que je m'étais choisi était justement du CAGE, et le titre, l'aveu de Wittgenstein, puis aussi l'absence de Davis, comme m'étant retiré au moment où je m'apprêtais à composer ma page,<br /> remplacée par un dessin d'instinct !!! quelques traits ....) , c'est fabuleux que de lire votre écho de très bonne heure....<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Le hasard ne fait-il pas toujours bien les choses?<br /> <br /> <br /> <br />
L
Il me semble que ces mots, posés ailleurs, aimeraient bien suivre les tiens..alors simplement, les voici:Tout le resteComme un oiseau veut apprendre à voler..Il  y a ce qui m'interessece que j'aime observer ce que je juge utilece qui pourrait maider ..Puis il y a tout le restequand le désir se taitet que d'un simple gesteje touche ce qui Est.L'oiseau s'est envolé.
Répondre
M
Belle correspondance. Merci Lilou.
.
Il faut déjà avoir entendu toute la musique pour donner le ton...
Répondre
M
Tu parles de qui?