Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

préparation

En hatha yoga, l’esprit n’est pas à la performance, à la recherche du toujours plus fort, moyennant un entraînement douloureux; mais il est vrai qu’à répéter les mêmes postures (asana),  les yogi en arrivent à les faire si aisément que pour étirer encore leurs muscles et solliciter leurs articulations*, il leur faut passer à des postures plus « difficiles ». Ce passage est naturel. Il ne résulte pas d’un asservissement à un idéal de progrès.
Que penser alors de ces écoles de hatha yoga prisées par les Occidentaux qui prétendent que le progrès dans la posture est toujours souhaitable, qu'il n'y a jamais de fin à l'apprentissage de l'asana?

Arrive un moment où le corps est parfait pour la méditation: le dos est sans douleurs, les jambes sont parfaitement cassées, obéissantes et patientes, la respiration est naturelle. Pourquoi vouloir encore aller plus loin? N’est-il pas temps de changer d'ouvrage, de s'occuper de l'esprit, à présent que le corps ne se rappelle plus à lui dans l'assise en silence d'avant la première pointe du jour?
C'est le temps où les fruits de l'effort ont mûri, maintenant il s'agit peut-être de les cueillir. Asseyons-nous dès lors. Fini le temps des contorsions dont l'ego est si fier et qui le construisent. Asseyons-nous, simplement, et voyons où en est l'esprit.




*: Et cela avec la concentration requise, dont l'apprentissage constitue le véritable enjeu de la pratique et sa seule raison d’être, vraisemblablement, si tant est qu’on la considère dans sa dimension ésotérique: une préparation de la méditation.




P.S.: Comme la veille mais sous un angle différent, le billet du 26 janvier 2007 évoquait nos recherches.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Anne Marie 29/01/2008 18:12

Le manque de confiance en soi c'est pénible ,mais je me soigne :-))Merci pour ton passage .Amitié

Marc 04/02/2008 12:09

Je passe souvent te lire...Amitiés

Anne Marie 28/01/2008 17:58

Est ce que je dis n'importe quoi Marc ?Je vais bien .

Marc 29/01/2008 11:00

Mais pas du tout, Anne-Marie. J'ai dit tout le contraire, et sérieusement.

Anne Marie 27/01/2008 13:00

Bonjour Marc"Asseyons-nous, simplement, et voyons où en est l'esprit."Oui asseyons nous et laissons nous" Etre "!Après 1hO0 de postures(2postures ) le corps ,non mon corps est bien ! il est prèt pour la méditation .Je ne le torture pas je fais ce que je peut faire sans me faire souffrir car ce n'est pas le but !C'est très rare que mes pensées se calment si je n'ai pas pratiquer le yoga ....enfin ici & maintenant .Donc mon esprit est plus calme après les postures .L'égo n'était pas fier car les postures sont loin d'^etre parfaites ,je lache cet égo qui me dit "que va penser le prof ,ou à la maison tu as vu la posture est loin d'être bien) et alors là ...se passe quelque chose....c'est difficile d'exprimer avec des mots .Je crois qu'il faut expérimenter et trouver la voie qui nous convient .Tu as vu ....j'écris quelquefois:-)))

Marc 28/01/2008 16:42

Et pas pour dire n'importe quoi. Comment ça va, Anne-marie?

Yog 27/01/2008 11:23

"Ferme et aisée est la posture. Elle résulte de l'effort juste vers la détente et la rencontre de l'infini en soi."  Yoga-Sutra II 46-47, Patanjali.Même dans la pratique de l'asana, il est possible de s'occuper de l'esprit, d'ailleurs, peut-on seulement parler d'asana, lorsqu'il n'y a que présence du corps ?La pratique yoguique est un voyage intérieur qui nous emmène dans les différentes strates de notre être. Le corps n'est qu'un élément parmi d'autres. Alors pourquoi continuer à se contorsionner encore plus loin ? Et pourquoi pas, à partir du moment où la notion de performance est totalement oubliée ?Amicalement,Yog

Marc 28/01/2008 16:36

Patanjali est indépassable pour comprendre ce billet et je te remercie d'y retourner, avec le bon sutra, qui plus est.La posture ferme et aisée dont il parle est padmasan ou ses dérivés plus faciles encore (siddhasan, swastikasan, sukhasan, kamalasan, gomukhasan, vajrasan ou encore virasan): de simples assises (asan est aussi en hindi la pièce carrée du tissu sur laquelle on s'assied); rien à voir avec les asanas du hatha yoga, postures bien intéressantes mais dans lesquelles méditer n'est pas vraiment évident contrairement à ce que prétendent certains enseignants de yoga qui en Occident font l'impasse sur... la méditation pour clôturer leur séance...Amicalement.

Leloire Marie-Claude 26/01/2008 11:11

c'est bel et bien l'esprit qui domine le corps, qui lui permet de se complaire dans toutes ces contorsions ... pour finalement en revenir à lui !

Marc 28/01/2008 16:19

"Complaire" me paraît imporpre. Mais peut-être sais-tu mieux que moi de quoi tu parles.