Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

écho

Commentant les questions – infinies très exactement en nombre – qui ne l’effleuraient jamais et auxquelles donc il n’aurait jamais à répondre, le Bouddha y alla d’un noble silence. Si tonitruant qu’on l’entend* encore aujourd’hui.




*: « Ne pas parler, c'est la parole même du Bouddha », disait Vimalakîrti. Citation reprise par Roger-Pol Droit dans Le Monde du  8 janvier1988, dans un article intitulé « De l’Inde au Japon ».
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
L
je croyais qu'il avait dit tant de choses qu'aujourd'hui encore tous en parlaient !
Répondre
M
On fait dire tant de choses à ceux qui nous ont marqué, Marie-Claude!  Evitons de condondre les figures historiques avec ces discours qu'on leur prête à leur corps défendant parce que cela nous arrange ou sert nos intérêts matériels (les clergés) et qui fait que même dans la tombe ils ne trouvent plus le sommeil (je pense à ce pauvre Christ aussi et à Mohamad et, et...). Du Bouddha gardons le noble sourire (bienvenu; voir les photos en tête et en bas de cette page) et les deux premières nobles vérités ((1 La  vie est souffrance; 2) la souffrance vient du désir), si ce n'est déjà au dessus de nos forces d'en faire bon usage.
J
...
Répondre
M
La version originelle, plus "ésotérique" de cette fulgurance: Peut-on répondre aux questions que l’on ne s’est pas encore posées?Le Bouddha avait sans doute estimé que non, lui dont le noble silence[1] se fait encore entendre aujourd’hui. [1] « Ne pas parler, c'est la parole même du Bouddha », disait Vimalakîrti. Citation reprise par Roger-Pol Droit dans Le Monde du 08/01/1988 dans un article intitulé « De l’Inde au Japon ».  
Répondre