Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

étroitesse

« Dieu » semble partager la douleur du monde de façon relativement équitable entre tous les vivants, ces êtres qui pour un temps sont extirpés du Grand Vide pour prendre conscience de lui dans la douleur d’exister; et pour certains, ceux par qui il s’accorde sans doute son propre pardon, dans l’extase d’être.
Peut-être est-ce là sa compassion, ce partage; et toute sa magnanimité, cette concession parcimonieuse et pusillanime d’extase.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
L
De "la douleur d'exister" à " l'extase d'être" y a t il un chemin..Autre que notre désir de le voir se manifester ?Voilà la question que tes mots évoquent en moi..comme un ébranlement qui me met en marche ..Je t'en remercie. 
Répondre
M
Sur ce chemin-là (qui passe par le jardin des roses et nécessite un  jour ou l'autre (tout de suite ou jamais en fait) l'arrêt conscient et inconscient de tout désir d'arriver) j'ai "commis" un essai édité chez Dricot: L'autre rive de nulle part. Peut-être même qu'il est épuisé et que les derniers exemplaires sont chez moi...Amitiés
L
ma conscience de la vie s'exprime par ma joie de vivre, nul besoin de dieux pour se faire, s'accepter tel quel, c'est aussi découvrir en soi le mieux  être et tenter de l'améliorer de jour en jour, méditer sur soi pour se découvrir, se construire et partager ... 
Répondre
M
Ce souffle qui s'exprime dans ta joie de vivre et ta plume, d'où vient-il?Amitiés
N
J'aime beaucoup tes fulgurances. Beaucoup de vrai.En as tu fait la synthèse? Ou en es tu depuis le début de ces fulgurances? Restent-elles fulgurances ou t'ont-elles evoluer ?
Répondre
M
Merci, Nathalie.Trois questions, autant de réponses - trop brèves:Pas de synthèse. Elles sont irréductibles à toute systématisation (bien que cohérentes).Comment emprisonner l'air?Vingt-quatre ans plus vieux. Fulgurances elles furent, fulgurances elles restent. Celles qui n'ont pas résisté au temps (à leur relecture elles ont perdu leur saveur particulière, immédiatement reconnaissable) ont été éliminées. Peu. (Bien sûr mes sujets de préoccupation actuels sont peut-être parfois ailleurs, pas plus loin mais ailleurs.)Amitiés