Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

difficulté

Les uns sont sous la coupe de ce que Schopenhauer appelait le génie de l’espèce à l’œuvre dans la sexualité, les autres se disent disciples de Shiva, le destructeur du mental.
Les premiers, pour la plupart, ne voient rien à redire à ce que le monde de souffrance perdure. Ils y contribuent d’ailleurs.
Les seconds s’insurgent contre la création. Ils veulent comprendre. Ils veulent même arrêter tout, pour eux-mêmes du moins.
Cela dit, même la pratique érémitique de la méditation ne permettrait pas de prendre un recul total. C’est en tout cas ce que me disait Swami Girijananda* dans son kutia au bord du Gange, assez loin en amont d’Uttarkashi, ville qu’il évitait pour n’avoir pas à croiser ce qu’il appelait avec une candeur délicieuse des « ladies ».
N’y aurait-t-il pas de quoi être désespéré de n’avoir jamais le dernier mot avec ce génie qui prend un malin plaisir à nous ravaler au rang du mammifère en rut?




*: « - Moi-même je n’ai jamais compris pourquoi le créateur n’a jamais daigné me mettre à l’abri de mon instinct. 

C’était dire avec élégance que le sexe était encore, même à l’âge vénérable qui était le sien, un sérieux problème, un obstacle sur le chemin du détachement et de la plénitude. Je fus très surpris de sa confession, je dois dire, et cet aveu d’impuissance c’est peut-être ce que je garderai toujours en mémoire de mes visites à Swamiji, même dans mes vieux jours - si Shiva des montagnes me prête longue vie en ce corps -, quand l’Inde ne sera plus qu’un épisode lointain de mes années vagabondes. »

(Marc Delforge, L’autre rive de nulle part, Editions Dricot, 2000, p. 86)
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

juliette b 08/10/2007 17:23

j'avoue ne pas comprendre pourquoi "la jouissance" est à rejeter, elle fait partie de la nature de l'homme, et de la femme, et nous mène en un lieu de bonheur et de passion....Amitiés

Marc 09/10/2007 10:12

Se savoir irrémédiablement vaincu par son instinct implique qu’on le déplore, pas qu’on le renie. La lucidité (contrairement peut-être à l’abstinence) n’a jamais fait de tort personne - surtout pour réaliser que l’on agit avant tout dans le cadre de ce que l’espèce veut de nous. Voir ce billet * et surtout le livre de Jacques Ruffié Le sexe et la mort  (Ed O. Jacob, Opus, 1995) qui pourrait être un point de départ à toute discussion plus approfondie sur la chose...Mes amitiés aussi.*: http://fautedemieux.over-blog.com/article-12526485.html