Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

soudaineté

2/2
Notre mental devrait enfin comprendre qu’il n’y a pas de mental.  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Marianne 06/10/2007 00:16

gassho

Marc 06/10/2007 10:27

Pour la compréhension de ce terme on pourra se référer au glossaire des termes du bouddhisme dont le lien se trouve dans la colonne de gauche. L'équivalent (plus ou moins) de l'anjali mudra en sanskrit (ou namaskara mudra en hindi). Gassho!

Milko 04/10/2007 20:15

" Un jour vous vous apercevrez, ou plutôt vous vous éveillerez au fait que la quête même d'une réalité ultime n'est qu'un mécanisme d'auto-continuité. Il n'y a rien à atteindre, rien à gagner, rien à réaliser. "" Le Mental est un Mythe ".Uppaluri Gopala KrishnamurtiLes Deux Océans - paris 1988

Marc 05/10/2007 10:46

Tu vas rire, mais j’ai partagé son silence dans la cuisine du chalet Sunbeam à Gstaad, à deux pas de la Coop et du viaduc ferroviaire. C’était il y a plus de vingt ans. Une Française qui assistait aux vidéos de son homonyme dans le village plus bas cherchait un traducteur pour le rencontrer. Je me suis proposé. J’avais lu ses livres en Inde. Je me suis cantonné strictement dans mon rôle de traducteur. Il a été très patient avec la fille (elle avait une deux-chevaux ou une 4L, je crois), poli même et didactique. Quand il en a eu fini avec elle, il s’est tourné vers moi et m’a demandé: « Et vous, Sir, avez-vous une question? »J’ai cherché, n’ai rien trouvé à lui dire, le lui ai dit. On est resté un quart d’heure au moins comme ça, assis autour de la table de cuisine recouverte d’un plastique de carreaux rouges.La fille s’ennuyait, c’est pour ça qu’on est parti. Nous, on n’était pas du tout gêné par le silence, cette chose dense qu’on connaît parfois en Inde, assis à côté de quelqu’un qui vous fait oublier pourquoi on est venu, pourquoi on est là.Un grand Monsieur. Très beau, très classe en plus. L'Inde que j'aime, quoi. A-t-il quitté son corps maintenant?