Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

patience

Consacrer des années à s'asseoir pour dépasser, oublier l'idée que nous nous asseyons pour quelque chose, c'est-à-dire au fond pour oublier qu'il y a quelqu'un qui s'assied. S'asseoir mais sans but conscient ou inconscient. Juste s'asseoir.
Et surtout que l'on ne parle pas de technique! Même pas de celle qui consiste simplement à observer ses pensées: comme les autres, elle suppose quelqu'un qui l’applique.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
S
<br /> <br /> Certes, vous pouvez même appuyé sur un "s" pour donner : es-tranger, comme ils disent, cependant je loge sur Tréboul, ville jumelle de Douarnenez, bien à votre "patience" du<br /> soir...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br /> Deux heures , je me suis assis dans un jardin Quimpérois, deux heures , sans rien faire, ni méditer ni penser ni songer à quoi que ce soit de précis, regardant fleurs, arbres, insectes, nuages,<br /> et peut-être le vent.... Au sortir, les gens me paraissaient loin d'eux-mêmes.....<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Ah Quimper! Où les gens, comme partout, sont leurs propres étrangers.<br /> <br /> <br /> <br />
M
juste... ressentir ...
Répondre
M
juste...
L
Si juste..Merci Marc d'apporter cette précision..en écho viennent en moi ces mots par lesquels j'ai tenté de préciser ce que représente pour  moi " se contenter de vivre " ..Suivre..Le suivre dont je parlen'et pas nonchalanceil est vigilencede chaque instant pour habiter le courant .Le suivre dont je parlen'est pas insoucianceil est constancede chaque instantpour habiter le courant .Le suivre dont je parle n'est pas imprudence il est patiencede chaque instant pour habiter le courant .Le suivre dont je parle est une confiancequi se fait innocencepour à chaque instant habiter le courant .Lise
Répondre
M
On le voit bien maintenant, ce suivre-là, Lise. Elégante réflexion pour laquelle je te remercie.
L
" Juste s'asseoir..."C'est pour cela que, lorsqu'on me parle de méditation..la première réponse qui me vient est : je ne sais pas méditer..Un jour..j'ai oublié de savoir..depuis..je me contente de vivre ..
Répondre
M
Juste s'asseoir mais aussi s'asseoir juste...(Il n'est fait ici ni l'apologie du volontarisme satisfait ni celle du contentement résigné.)