Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

détachement

Ahimsa (la non-violence), le concept le plus noble de l’Inde (indépendante depuis 60 ans aujourd’hui) du Mahatma Gandhi* est aussi d’une certaine façon taoïste. En effet la non-violence vis-à-vis du mental équivaut au non-effort, concept de la Chine ancienne en l’occurrence.
L’ego étant illusoire en Réalité, toute activité de celui-ci serait donc illusoire (maya). Raison de plus pour ne pas l’impliquer** dans une démarche - attitude ou action - violente.




*: Mais aussi de Maharshi Patanjali, l’auteur des Yoga Sutra, qui, selon certains yogis authentiques, en aurait fait la clé de la compréhension de son système philosophique, raison pour laquelle les Occidentaux non familiers avec l’Inde n’y comprendraient rien.
**: Le non-impliquant étant aussi l’ego, et la non-implication nécessitant aussi de se faire violence, c’est entendu.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
E
D'une certaine façon, cela m'évoque Saint-François de Sales et la douceur envers soi même. Il écrit de très belles pages sur le sujet. Comment ne pas être doux et compatissant envers les autres si on ne l'est pas envers soi-même. Ce qui rejoint l'idée de non violence vis à vis du mental et non effort.
Répondre
M
Non-violence, non-effort, auto-compassion, toutes les cultures, quand on cherche bien, expriment la même sagesse, loin de ceux qui veulent nous culpabiliser pour mieux pouvoir exercer leur emprise sur nous. ("Sans eux, point de salut," disent-ils, et nous voilà prêts à les récompenser pour qu'ils nous libèrent de ce qu'ils appellent "nos péchés".)