Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

escales

2/2
Vivre, c’est sans doute s’aimer. Et s’aimer, ce serait se centrer sur soi - qui veut aussi chercher à se comprendre (démarche psychanalytique*).
Puis, ce soi un tant soit peu compris de lui-même aimerait se connaître. Il chercherait à se définir. Méditerait. Et dans cette démarche métaphysique, aidé par Sa grâce ou par la chance ou par les deux, il réaliserait peut-être le caractère illusoire de… ce lui-même tant chéri.
Alors viendrait la mort de l’ego. L’illusion défunte, resterait un corps encombrant bien difficile à maintenir dans un environnement où celui qui « le possède » détonnerait, étranger qu’il serait aux préoccupations humaines usuelles, perçues par lui comme futiles, futiles, futiles...
La dernière escale ou déjà le terminus?




*:
Au sens littéral et non freudien du terme.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Leloire Marie-Claude 14/08/2007 23:21

Pourquoi l'égo serait-il illusoire ?La conscience de soi, crée la confiance en soi et par la même permet d'entreprendre, de se dépasser, d'être ! Je suis et je le sais, ce qui me permet de "savoir être" jusqu'au jour de ma mort qui correspond à la perte de mon égo ! Ne soyons pas pressés ...

Marc 16/08/2007 12:18

« Pourquoi l’ego serait-il illusoire? » Il s’agit d’un sujet qui peut être abordé à de nombreux niveaux de conscience. Si tu tapes « ego illusoire » dans la case « recherche (mot-clé) » juste à droite, tu auras sur ce blog un certain nombre d’angles de vue (par exemple ici:http://fautedemieux.over-blog.com/article-4405087-6.html#anchorComment où les commentaires aussi sont instructifs). Certains méditants engagés dans une pratique bien conduite ont fait l’expérience de la dissolution temporaire de leur « je » dans une réalité plus grande. Recadrage, pas désintégration (ce qui serait pathologique). Ils en sont revenus, sinon ils ne pourraient survivre, mais cette impression est parfois si forte qu’elle mène à un changement complet de leur personne. En fait, ils font semblant d’être comme les autres mais eux savent quelque chose de plus…Les raja yogis appellent cela kaivalya. Le monde des formes et du temps est maya (l’illusion) pour les hindous. Une illusion très courante à tous les niveaux. L’ego (ahamkara) est lui-même maya. Il « fonctionne » grâce au mental qui lui donne naissance. (L’ego crée le temps et le temps crée le désir, on peut faire très facilement cette observation en revenant en arrière dans sa méditation: Qui est à l’origine du désir qui m’anime, d’être? Le temps que je crée - et qui n’existe pas par exemple pour l’arbre que je contemple évoluant dans mon jardin au fil des saisons. Et qui est à l’origine du temps? Mon ego.) Ce n’est que quand le mental fait silence que l’ego est annihilé. « On » voit qu’il n’existe plus (mieux même: qu’il n’existe pas en Réalité (pour Brahman)). Alors le psychodrame de l’existence est appréhendé correctement: « un jeu divin, lila, » disent les hindous. Le Bouddha historique (rien à voir avec certains « bouddhismes » actuels où l’on réincarne à tour de bras) arrivent à la même conclusion: tout est éphémère (sarvam anityam) et de l’ordre de la non-spécificité (sarvam anatmam), a fortiori l’ego.

franssoit 14/08/2007 12:10

Moi qui croyais que ta dernière étape était la première.Tu me sembles très négatif, que t'arrive-t-il ?

Marc 14/08/2007 15:04

Je me demandais avec une froide curiosité si on pouvait arriver à la reconnaissance (véritable) du caractère illusoire de l’ego avant la mort (« dernière escale ») ou pas (« le terminus »). Et comme tu aimes Blow up je te pardonne volontiers de m’avoir cru négatif ;-)