Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

désillusions

1/2

- C’est le concept qui créerait sa propre réalité.

- Il n’y aurait pas de chakras dans le corps sans l’idée préliminaire de leur existence.

- Sans la technique de pensée positive, il n’y aurait pas la réalité positive que cette pensée engendre.

- Il n’y aurait pas d’illumination sans l’idée que nous ne sommes pas encore illuminés.

- La spécialité de l’Occident serait la création de problèmes-besoins et leur résolution-assouvissement; son domaine de prédilection, l’incessante agitation de l’esprit. Sans problèmes-besoins, il n’y aurait pas de résolutions-assouvissements. (La plupart du temps par ailleurs, les scientifiques ne feraient que répondre à des questions qu’ils se posent .)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Muttifree 05/08/2007 12:17

Totalement en accord avec toi, Marc, et fondalement je pourrais même dire "essentiellement" le silence suffit ... mais bienheureuse aussi de percevoir que tu as compris ce que j'entendais énoncer, je t'en remercie profondément.Chaleureusement

Marc 07/08/2007 11:30

Merci aussi, Muttifree.Amitiés.

MuttiFree 02/08/2007 23:28

Spécialité de l'Occident, comment savoir vraiment ?! Partout, la pensée n'est-elle pas le penseur, et indifféremment le penseur n'est-il pas la pensée... cette entité qui voyage incessamment et se plie, et se complaît aux voirs qu'elle engendre dans la substance même des espaces qu'elle visite ; ne serait-ce pas ainsi qu'elle tisse inlassablement - dans le sein même de l'insondable infini de La Présence par laquelle et en laquelle, librement, elle est mue - la substance mentale dont elle a besoin pour évoluer plutôt qu'errer et qu'elle peut, énergiquement conduite et poussée par la puissance de l'onde vibratoire qui lui permet le mouvement, observer ses créations malhabiles et s'entraîner à rectifier ses erreurs (involontaires) nécessaires à la mise à nu des formes corporelles et à la pénétration de l'Intelligence, de l'Amour et de la Sagesse de La Présence, en laquelle et de laquelle elle reçoit Mouvement et Créativité...Incessante agitation de l'esprit... sans doute aucun, mais aussi Mouvement évolutif de la Conscience...Chaleureusement

Marc 03/08/2007 10:11


« Lors de ma première rencontre avec un jnani, Swami Girdjananda, je lui demandai:
- Swamiji, quelle est votre philosophie?
Il me répondit avec délectation, embrassant la haute vallée du Gange et le Gange lui-même d’un regard inoubliable:
- Tout est mental (Everything is mind). »
D’une certaine façon, c’est cela, je crois, que tu viens de dire avec talent, Muttifree. Bien que ce blog traite de méditation, cette activité par excellence du mind, de la
pensée, je n’ose m’attaquer de façon trop « frontale » à tous ces concepts auxquels tu offres élégamment une majuscule. Mais je te comprends, comme j’avais compris ce vieux moine que j’ai tant
aimé, et te remercie pour ton inestimable contribution.
Remarque que je parlais ici d’une forme pathologique de cette pensée: le besoin d’en faire constamment usage, alors même qu’elle n’est pas toujours requise, que le silence parfois - et même très
souvent - suffit.
Bien amicalement.
D’autre part, je me suis permis - une fois n’est pas coutume - de rectifier mon propre texte : [Sans problèmes-besoins, il n’y aurait pas de résolutions-assouvissements et la plupart du
temps les scientifiques ne feraient que répondre à des questions qu’ils se posent. ] DEVIENT: [Sans problèmes-besoins, il n’y aurait pas de résolutions-assouvissements. (La
plupart du temps par ailleurs, les scientifiques ne feraient que répondre à des questions qu’ils se posent.)]