Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

passage

Aucun autre lieu ne nous appartient – et encore de façon fort temporaire – que le jardin que l’on façonne au fil des jours, des saisons, des ans, au soleil du soir, à l’écoute enchantée du pinson et du merle.
Et quand on médite sur son évolution, ses courbes, ce rosier embaumant, on se dit qu’on est là en présence de la seule possession que l’on aura jamais eue.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
O
Si on sait regarder et respirer, on possède chaque chose que notre oeil caresse, même un court instant
Répondre
M
Possession ou fusion?
A
La seule chose dont nous sommes certains c'est que nous faisons partie de la Nature, le reste est spéculations...
Répondre
M
Moi je me demande si la seule chose dont nous sommes certains ce n'est pas que nous ne sommes certains de rien. Et encore!
C
Je ne possède rien et pourtant tout est en moi non ?merci Marccat
Répondre
M
C'est encore mieux, Cat. Hello.
L
je possède ce lieu, mon jardin, qui me possède en retour, ou bien est-ce lui en premier ? Je le façonne, il me construit et me nourrit, j'entretiens ses fleurs qui parfument mon atmosphère, et colorent ma vie autant que mon horizon , mais surtout, il me procure ce calme, cette sérénité, essence même de ma force, nécessaire à le servir ...
Répondre
M
Quelle chance tu as, Marie-Claude! Et tu désherbes comment?