Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

incertitudes

Certains sont tentés de penser que se poser les questions essentielles, c’est mériter pleinement notre statut d’humain. Il s’agirait d’ailleurs bien plus de se poser ces questions que d’y trouver les réponses, les réponses étant peut-être simplement les questions bien posées.
Laissant leurs certitudes aux « croyants », il leur plaît d’estimer qu’un homme véritablement religieux est sans doute moins un homme de foi qu’un homme de doutes. Ils n’en sont pas sûrs, ils le concèdent.

Quand ils suggèrent qu’un homme de foi, c’est un homme de doutes tombé dans un panneau dont il ne s’est pas dépêtré, ils peuvent très bien comprendre que des hommes de foi puissent leur faire un reproche semblable, à savoir, d’avoir été des hommes de foi gagnés un jour par « le démon du doute »; et ils ne peuvent pas leur donner tort dans l’absolu, cet espace que ni les uns ni les autres ne connaissent (même si les croyants affirment, eux, aller dans sa direction, mais ne relançons pas la polémique).
D’où, sans doute, la nécessité de la tolérance et l’utilité de méditer sur la subjectivité de toute opinion, démarche qui nous mènerait droit au silence.
  

nti_bug_fck
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
C
ah mais oui le silence ou admettre que le rêve de l'autre est le sien et que le mien est sans doute tout autre ...bref, grand sujet !bien à toi Marccat
Répondre
M
Silence et faculté de concéder à l'"autre" sa vérité issue du silence vont peut-être bien de paire. Hello, Cat.Pardon: de pair.
M
Le verbe Croire est est le moteur de tant de souffrancele monde ne serait-il pas plus sur si on y ajoutait, comme tu dis un peu de peut être..?
Répondre
M
Peut-être, Mocka, peut-être.
J
Ce que tu écris là me plaît beaucoup et me réconforte. Même les hommes de foi, reconnaissent qu'ils doutent parfois, alors nous ....Très aoaisant de venir iciMerciJuliette
Répondre
M
"A ce dont un esprit se satisfait, on mesure la grandeur de sa perte,"disait le grand Hegel."Ravi de ce que ce blog t'apporte, Juliette. Pas de quoi me remercier pour autant.