Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

ébahissement

Se poser la question « Qui suis-je ? », moins peut-être pour en trouver la réponse que parce que ce serait celle qui fasse le mieux taire le mental, surpris de tant d’audace et laissé sans voix.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
S
"Qui suis-je" concrètement, objectivement pour "Voir"  sans le savoir taire le mental...
Répondre
M
<br /> J'avoue ne pas comprendre ce que tu as écrit, Sylvie.<br /> <br /> <br />
A
"Qui suis-je ?" Cette question n'est pas vaine !!!Au pire, elle nous dévoile qui nous ne sommes pas ; au mieux, elle nous plonge dans la plénitude de l'Être. Mais finalement, y'a t'il une différence ? ;-)
Répondre
D
La question laisse effectivement sans voix...
Répondre
C
Hello Marc, la vie une descente ?? pourquoi pas ... peut-être alors faut-il juste se poser la question de QUI descend ? :-)merci à toi Marccat
Répondre
O
une phrase qui déconcerte, je trouve, mais qui est très bien pour la méditation
Répondre
M
Dialogue tiré de mémoire de "Anyway the wind blows" de Tom Barman (de dEus) entre un prof. et son élève:" Prof: - Tu as aimé le texte, X?Elève X: - Oui, Monsieur.P.: - Et tu as tout compris?X: - Non, Monsieur.P.: - Et bien alors, c'est parfait! "