Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

exception

Si les particules d’eau du Gange ne s’abandonnaient pas complètement, qui déciderait où chacune d’elles doit aller pour que le Gange reste toujours le même, également réparti entre ses courants forts et ses bords calmes où l’eau sacrée vient lécher les pierres et le sable?
Le laisser-aller semble être la règle dans la nature, il apparaît comme le garant de l’harmonie des choses. Seul l’homme ne se conformerait pas à la loi. Seul l’homme souffrirait. De sa propre résistance.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
L
Si l'homme possèdait en lui l'intrinsèque loi, aurait-il inventé Dieu?
Répondre
M
Merci beaucoup pour vos lectures et vos commentaires. Pendant quelques jours, je m'absente. Une fulgurance est programmée à votre intention chaque jour à 07h00 mais je ne pourrai vous lire et vous répondre qu'en milieu de semaine prochaine. Excellent week-end de Pentecôte.
L
Et oui mon ami, l'homme complique et aime à compllquer le cours des choses, créant le tulmulte là où règne le calme et appelant au calme quand il a tout bouleversé ! 
Répondre
D
Le Voie du Milieu entre résister et paresser : agir en accord avec soi-même. Savoir être comme un torrent quand il le faut. Savoir être comme un lac paisible quand il le faut...
Répondre
C
comme c'est vrai!
Répondre
L
Chaque fois que je me rend  libre d'habiter le courant de la vie ..Je trouve ma juste place ..
Répondre