Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

extase

2/4
L’expérience de l’extase ferait aller loin dans l’anormalité, mais elle permettrait quand même de revenir sans grand dommage à la réalité de consensus de la majorité des humains.
Ainsi, l’extasié verrait-il les choses de haut, tout en étant dedans. Cela ne lui poserait pas de problème puisque, contrairement à ceux qui se montrent anormaux et que l’on dit fous, il pourrait emprunter, lui, le pont entre ces deux réalités. Cela lui donnerait un  sentiment de grande lucidité puisqu’il serait capable de s’élever au dessus de tous les débats dont « la normalité » se nourrit avec le plus grand des sérieux. Et quand il dit « je », il serait seul à savoir que cette appellation n’est pas ce que les « autres » veulent signifier par là pour parler d’eux-mêmes.
Pour l’extasié, « je » serait la conscience pure, la réflexion exacte de ce que « les autres » appellent la réalité extérieure, ce serait l’autre face d’une même pièce. (Monde et conscience: les deux faces de la pièce nommée Cela*.)
L’extasié saurait en outre qu’il n’y a pas d’« autres » en Réalité: « l’autre » serait « lui-même », tous deux conscience pure; la seule différence, ce serait que lui le saurait, « l’autre » pas – entendez celui qui se croit « je », séparé des « autres » et délogé d’un certain paradis.




*: Dans le sens de la philosophie de la non-dualité, ce message récurrent de l’Inde, depuis les Upanishad jusqu’à Ramana Maharshi, en passant par Shankara: Tu es Cela. (Tat Tvam assi.)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Dharma Shisya 26/04/2007 18:28

L'extase, c'est la médaille qui tourne sur elle-même ?

djaipi 26/04/2007 18:00

Un des défis majeurs pour les instructeurs est bien celui de traduire avec des mots le « sans mot ». Pour ceux (et celles) qui ont réalisé l’échappée (belle), le retour est celui de la transmission et de son vocabulaire. Le sujet est vraiment subtil, c’est du funambulisme. Hardi, Marc, tout ça est apéritif !

John 26/04/2007 11:26

A partir de l'extase l'écart ne peut que se creuser.