Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

excentricités

1/3 Ce sage-là avait eu l’illumination. Il avait découvert que ce que le mental désire, c’est le calme. Et il s’en était contenté. P.S.: Le billet du 10 février 2007 parlait de décrochage.

En savoir plus

plénitude

Dans un environnement urbain, nous ne pouvons connaître la paix mentale parce que les yeux se posent sans cesse sur quelque chose qui relève de la création humaine. L’artificialité de la chose vue et sa sophistication appellent automatiquement à des travaux...

En savoir plus

intuition

Je suis. Quand je dis cela, est-ce que je parle de mon corps (qui respire, c’est entendu) et de mon esprit ou de la conscience que j’ai d’être? D’être ce tout, le corps et le monde, bref le conscientisé. Le conscientisé a sa conscience; plus fort, il...

En savoir plus

rôles

Le mental, un serviteur fabuleux, un maître épouvantable. P.S.: Continuation de celui de la veille, le billet du 7 février 2007 parlait de samyama dans une optique chère aux nombreux familiers du raja yoga qui lisent ce blog.

En savoir plus

portée

L’important dans la musique de Miles Davis c’était ce qu’il ne jouait pas. Il plaçait trois notes et se retirait, la trompette dans le dos. Ses musiciens faisaient le reste et c’était génial. Mais personne ne s’y trompait: le génie c’était lui, en son...

En savoir plus

pénétration

S'asseoir en méditation, ce ne serait pas s'assoupir, s'abrutir, s'hypnotiser; ce serait voir, les yeux fermés, mieux que les yeux ouverts. P.S.: Le billet du 5 février 2007 évoquait une de nos libertés les plus précieuses.

En savoir plus

précision

« Pourquoi quelque chose plutôt que rien? » est la question fondamentale. Serait-il né en Inde, bercé par les Upanishad ou les nobles vérités du Bouddha, que Leibniz aurait sans doute ajouté: hélas! P.S.: Le billet du 4 février 2007 parlait de relati...

En savoir plus

suggestion

La chose la plus importante à cacher dans un coffre serait... sa clé. P.S.: Le billet du 3 février 2007 parlait d’obstruction.

En savoir plus

indignations

« […], il fallait conclure que celui qui a raison, c’est celui qui réussit, et qu’il a raison pendant le temps qu’il réussit », disait Camus dans son fameux discours de 1946 à Columbia University sur « la Crise de l’Homme », crise qu’il définissait comme...

En savoir plus

spontanéité

À minuit deux, ce 17 juillet 1996, il y avait une telle osmose entre McCoy Tyner et son piano: les notes semblaient éclore, alors qu’elles n’avaient pas encore été inventées. Cela m’a rappelé ce que disait un sage indien: « En marchant, je crée mon chemin....

En savoir plus