Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

décroissance

Les gens n’ayant plus de vie propre tellement le temps leur est ôté (par leur travail surtout, mais aussi par ce qui tourne autour, et beaucoup trop vite, et qui ne laisse plus de temps pour ne rien faire*), ils ne se sentent plus être, tant ils en sont réduits à faire.

Voilà pourquoi ils se raccrochent à leurs avoirs, comme à une dernière bouée pour profiter de la vie et la sentir,  pour ne pas être morts.

Ils ne sont plus, ils font (en courant). Et donc pour ne pas disparaître complètement à leurs propres yeux dans cette agitation que le société du travail leur impose, quoi de plus compréhensible que de se raccrocher aux seuls traces (comme pour dire : « Nous sommes encore là. ») qu’on laisse : ces signes extérieurs de vie décente, ces marqueurs de classe sociale, ce qu’on possède donc, même sans savoir (par inexpérience de la dégustation) ni pouvoir (par manque de temps) en jouir.

A observer ce monde de l’extérieur, comment ne pas penser que ce style de vie où toute seconde est comptée, où le bonheur n’est plus, où le stress suinte de partout, où l’agressivité a remplacé la bienveillance (voyez celui qui vous colle au cul sur la route comme s’il voulait vous voir disparaître pour gagner une place) ne pourra perdurer. Il faudra bien un jour revenir à plus de simplicité. Simplicité que je ne qualifierai pas d’heureuse car ce serait un pléonasme.

 

 

* : D’où la méditation que pratiquent ceux qui s’avouent essoufflés.

P. S. : Dans le billet du premier avril 2009 il était question de tenter de mieux comprendre la portée réelle du yoga darshan, discipline philosophique bien plus raffinée qu’on ne le croit en Occident: perfectionnement.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article