Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

koan

Les férus de zen rinzaï connaissent ce kōan qui demande où (ou qui) l’on était avant que nos géniteurs ne se rencontrent.

Aussi épuisant pour le mental, aussi libérateur donc, cette question juste imaginée : Quelle différence entre l’enfant né - et qui donc vous reproche sa souffrance (sarvam dukham) - et celui que vous n’avez pas eu (ou voulu avoir, ce qui en l’occurrence ne change rien) et qui donc ignore sa bonne fortune (ou qu’il vous doit beaucoup et qu’il devrait vous en savoir gré) ?

L’un sait, l’autre, qui n’existe pas, ignore. Mais:

Est-ce là la différence, ou plus exactement la seule différence ?

Réfléchir, réfléchir, jusqu’au kenshō, voire même au satori.

 

 

 

P. S. : Dans le billet du 21 mai 2016 il était question de dénomination.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article