Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

hypothèse

« La situation est désespérée mais pas grave, ou l’inverse », disait je ne sais plus qui, parlant de la planète et des humains qui l’habitent. Désespérée, catastrophique, apocalyptique, que choisir comme terme ? Il est important d’être lucide mais un peu léger quand même*, sans quoi notre monde en perdition sera vraiment perdu*.

Cependant bien nommer les choses ne suffit plus pour le sauver, tout comme ne suffisent plus non plus aujourd'hui le respect de l’environnement, la sacralisation de la nature, la limitation des naissances, des transports, de la consommation d’objets superflus et de nourriture carnée. Il faut aussi protéger les autres humains de nous. Voilà ce que requièrent les temps nouveaux.

Voyager étant diffuser le virus mortel (en plus de polluer), il vaut mieux rester chez soi, si l’on peut.

S’il avait vécu aujourd’hui Pantajali aurait sans doute préconisé un style de vie sédentaire et aurait ajouter ce conseil à sa recette sattvique (yama et niyama) bien connue. Peut-être aurait-il précisé dans la foulée que méditer est un voyage intérieur et qu’il faut à présent s’en contenter.

 

 

 

* : Les récits dystopiques sont dangereux car :

"Man becomes what he believes himself to be." (I am That. Sri Nisargadatta Maharaj, Chetana Bombay, 1984, p. 226)

"What we are today comes from our thoughts of yesterday, and our present thoughts build our life of tomorrow: our life is a creation of our mind." (Dhammapada, Penguin classics,  sloka 1, p.35)

P. S. : Dans le billet du 4 février 2012, peut-être le meilleur, il était question de logique.

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article