Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

stupéfaction

En méditation, ce que le calculateur va obtenir risque fort de n’être rien d’autre que de l’ordre de ce qu’il pensait y trouver * (et encore, en moins bien). Ce n’est au grand jamais du frais, de l’inattendu.

Or, ce que l’on peut y trouver, c’est autre chose. Pour avoir cette renversante surprise il n’y a qu’une seule chose à faire : ne pas la rechercher** (consciemment, et plus ardu encore, inconsciemment, l’idéal aurait même été de n’avoir jamais su que la méditation était intéressante). Cela pourrait s’appeler le vide, en tout cas quelque chose dont on ne pourrait jamais rien dire, même après s’y être vautré.

 

 

* : J. Krishnamurti était plus catégorique encore : « In meditation the first thing we realize is that it is no use to seek; for what is sought is predetermined by what you wish. » (J. Krishnamurti. Beyond violence. B. I. Pub. P. 86 & 87)

** : Cette seule considération devrait suffire à déconsidérer toute école, toute méthode, tout gourou prétendant apprendre comment méditer.

P.S. : Dans le billet du 25 janvier 2011 il était question d’une entrave.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article