Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

reprise

L’expérience que l’on développe par la pratique de l’assise en silence est aussi bien nulle que cumulative, selon l’angle sous laquelle on considère la chose*. Elle est nulle car chaque méditation est nouvelle et que vous vous y sentez naître. Comment le nouveau-né pourrait-il prétendre à une expérience de vie ? Elle est cumulative aussi, cette expérience de l’assise, car on s’y sent chaque jour un peu mieux, un peu plus à l’aise, un peu plus soi. Même lorsque vous avez abandonné cette pratique pendant quelque temps (par exemple pendant ces vacances où vous avez délaissé votre sadhana pour des horizons en apparence plus lointains), dès que vous y revenez (un matin de septembre par exemple), la posture vous attend, le corps s’y plie, l’esprit s’y complaît, esprit où le silence vite se réinstalle et les fulgurances ressurgissent, elles qui pour ce faire ont dû attendre ce délicieux moment de disponibilité.

 

 

 

 

* : Sur notre incapacité à voir les choses autrement qu’en noir ou blanc, relire patiemment ce billet : digression.

P.S. : Dans le billet du 10 septembre 2014 il était question d’intelligence.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article