Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

glissade

- La vacuité est ce dont on ne peut même pas dire que l’on ne peut même pas dire que l’on ne peut même pas dire, etc…, que l’on ne peut rien en dire. Ce n’est donc pas quelque chose comme l’absence de quelque chose, quoique... on n’en sache rien.

 « Ceux qui font de la vacuité un point de vue sont incurables », disait Nagarjuna*. Tout est dit là, même l’incurabilité de celui qui le profère.

 

« Le Tao dont on parle n’est pas le Tao... »

(http://fautedemieux.over-blog.com/article-5135772.html)

 

 

 

- La respiration, la vie, la méditation, la conscience sont d’autres mots glissants au sens de Georges Bataille.

http://fautedemieux.over-blog.com/article-14624396.html

 

 

- Tout comme le « pas de commentaire » est le plus parlant des commentaires, 1) le mutisme est la plus tonitruante des réponses aux questions qui n’ont pas besoin de réponse ou que ne pourraient comprendre ceux qui les posent (souvenez-vous du noble silence du Bouddha, du « On ne donne pas de perles aux pourceaux » du Christ) ou encore qui n’ont pas de réponse du tout, comme les demandes de définition des mots glissants précités et 2) plus radicalement encore, le silence intérieur (l’absence de pensées) est la plus radicale des réponses à tout ce qui est de l’ordre de l’idée quand le cerveau n’aspire qu’à se taire. Alors naît l’extase, cet autre... mot glissant.

 

 

 

* : Nagarjuna, Madhyamaka karika, XIII. 8, selon Guy Bugault, L'Inde pense-t-elle?, p. 157)

P. S. : Dans le billet du 9 mai 2009 il était question d’incompétence et l’on y soulignait, au fond, le caractère glissant du mot méditation.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article