Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

comportements

Si les trois modes de vivre ensemble à un moment donné ont bien été théorisés par Eric Berne, l’inventeur de l’analyse transactionnelle*, les trois façons de vivre sa vie**, elles, sont encore à formaliser.  On pourrait appeler cette discipline l’analyse transétatique. Voyons de quoi il s’agirait :

Je dirais que l’on peut être de ceux qui font, de ceux qui ont ou de ceux qui sontFaire, avoir, ou être, voilà donc les trois façons de vivre qui nous caractérisent. (Il ne s’agit donc pas ici de comportements relatifs et momentanés, comme dans le cas de l'analyse transactionnelle, mais de traits de caractères quasiment arrêtés.) 

Pour vérifier cela, dans un premier temps prenez n’importe quelle personne de votre entourage et voyez si ces catégories sont pertinentes et suffisantes pour la cerner. Se trouve-t-elle dans l’une d’entre elles ? Une autre que ces trois catégories serait-elle mieux à même de la définir ? Personnellement je n’en trouve pas et j’ai la faiblesse de croire que tout un chacun que je connais peut se définir comme appartenant à une ces trois catégories, qui est prédominante chez lui. 

Dans un deuxième temps, remarquons que nous-mêmes, nous n’échappons pas à cette catégorisation, nous sommes aussi dans l’une de ces trois subdivisions (c’est là que la réflexion débouche sur l’auscultation personnelle) :

- Si nous sommes de ceux qui font, des actifs invétérés donc, c’est que nous ne sommes pas ou peu (même si nous avons aussi).  

- Si nous sommes de ceux qui ont et en profitons prioritairement, certes nous pourrions aussi être, mais nous préférons souvent faire et (en) jouir car, pour la plupart, nous avons en horreur l’inactivité et le temps « perdu ». 

- Enfin, si nous sommes de ceux qui sont, tel le dieu entendu par Moïse selon la légende en quelque sorte, nous ne sommes pas de ceux qui font [la Bhagavad Gita disant pourtant : « Celui qui voit l’action dans l’inaction et l’inaction dans l’action est le sage parmi les autres, le yogi, et il a accompli son travail. » (Bhagavad Gita, Sutra 4, 18) » et  remarquant d’autre part que l’inutilité n’est pas inutile***] et nous ne nous définissons pas par notre « avoir », encore qu’il faille ne pas être trop dépourvu pour pouvoir majoritairement être… 

Plus théoriquement, j’aimerais insister sur ces points : 

- Pour être, il faut le vouloir de toutes ses forces et aussi, bien entendu, « pouvoir se le permettre », c’est-à-dire avoir suffisamment, du moins assez pour ne pas devoir constamment faire afin d’avoir ce qui nous permettrait alors de ne plus avoir à se soucier du « matériel ». Le mot-clé ici est la méditation.

- Pour avoir, il faut, soit faire (ce qui empêche d’être), soit ne rien faire (c’est-à-dire être) et laisser faire (ce que préconise le taoïsme) car la nature aide ceux qui vivent à son rythme, sans peur du lendemain, sans angoisse de manquer de quoi que ce soit, alors que ceux qui « courent après » les biens matériels sont ceux qui en sont souvent le plus dépourvus, le besoin qu’ils fuient les poursuivant (comme c’est le cas pour tout ce que l’on fuit****) .

- Pour faire, et bien, il faut soit en être réduit à cela pour vivre, pour survivre pitoyablement devrait-on plutôt dire, soit avoir la phobie d’être (le silence et l’inactivité faisant peur à d’aucuns), ce qui rend l’action pathologique. Ici la méditation peut être le remède pour passer de cet état à celui évoqué au premier point, état bien plus souhaitable.

 

 

 

 

* : Par rapport à une autre personne, se comporter en enfant, en parent ou en adulte.

** : Nous parlons ici de vies dans la norme, ni celle des pauvres, ni celle des riches.

*** :  Je vous renvoie à l’excellent ouvrage de Nuccio Ordine L’utilité de l’inutile, Éditions Les Belles lettres, Paris, 2014.

****: « It is your resistance to the negative thought, whether you bring it to consciousness or not, that makes it manifest in your life. »  (The Lazy Man's Guide to Enlightement, Taddeus Gollas , p 14 & 45)

P. S. : Dans le billet du 18 décembre 2017 il était question de questionnement.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article