Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

ignorance

Que puis-je dire ou même penser qui ne soit et ne sera au grand jamais niable ?

La vérité est sans doute plurielle, relative et même, à bien réfléchir (et méditer sur celle que l’on voudrait ultime) illusoire, et donc inexistante. Les Anglais ont une belle expression, après avoir proféré « un fait », comme honteux ils disent pour le tempérer « Having said that … » . Macron aime l’expression «  en même temps », influencé, paraît-il, par le philosophe Ricœur. Nietzsche, toujours à la recherche d’une vérité plus glaçante, croyait fort que les faits s’effacent devant leur interprétation. Les adeptes de la non-dualité pensent que de la réalité ultime on ne peut rien dire, même pas que d’elle on ne peut rien dire, tant elle nous échappe partout où il n’y a plus le silence. Michaux avait un bel aphorisme, sans doute le plus parfait de tous, car tuant tous les autres et même, chose admirable, le sien : « Même si c’est vrai, c’est faux. *» 

Réfléchissant à tout cela, le méditant est pris de vertige, et c’est bien de cette panique dont il a besoin pour lâcher toute prise et se laisser appeler par le divin vide dont personne, pas même lui, ne peut savoir ce qu’il adviendra, une fois happé.

 

 

 

 

* : Henri Michaux, Face aux verrous, Gallimard, p. 59

P. S. : Dans le billet du 17 octobre 2015 il était question d’étonnements.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
A
A la suite de cet article je me procure le livre de Michaux... Très intéressant :)
Répondre
M
Excellente initiative!