Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

hypothèses

Et si la véritable pathologie de l’homme c’était d’accorder du sens au mot « sens » ? Sens de sa vie, pour l’un, sens de la vie pour l'autre, moins égocentré, mais sens quand même, un concept que le cerveau humain aurait inventé et qui n’a peut-être de sens que pour lui, l’univers (au sens large du terme) ne se souciant peut-être de rien de tel, lui, n’étant alors pas disposé à aller au cœur des choses* car ce cœur n’aurait pas de sens pour lui.

Faire de sa vie une non-recherche de sens, un chemin que l’on emprunte avec légèreté et que l’on crée, pas après pas*, quel soulagement**, quelle libération, il est vrai ! Peut-être est-ce cela l’éveil dont parlent l’Inde éternelle et l’Orient de la sagesse.

 

 

 

 

* : « As I walk, I create the road », disait Bhagwan Shree Rajneesh

** : « Le soulagement de découvrir au seuil de l’aube qu’il est sans profit d’aller au cœur de quoi que ce soit. » (Cioran, Aveux et Anathèmes, Gallimard, 1987, p. 142)

P. S. : Dans le billet du 12 mars 2013 il était question d’enseignement.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
B
La recherche de sens est sans doute une tentative de réponse à l'insensé du monde et de la condition humaine. Pour autant est ce donner du sens que de donner une direction (autre sens du mot sens) à sa vie ?
Répondre
M
Créer son chemin pas après pas implique probablement toujours une absence de direction car pour qu'il y ait une direction il faut au moins faire deux pas et vouloir aller quelque part. Je parle donc ici de tout autre chose qu'U.G. Krishnamurti appelait "a state of total surrender" - qu'il définissait ainsi: "It's a state of surrender where all effort has come to an end, where all movement in the direction of getting something has come to an end. All wanting, be it this wanting or that wanting, is totally absent." (The Mystique of Enlightenment. P. 119). <br /> Merci pour votre judicieux commentaire.