Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

réflexion

La fin de l’humanité est en vue. Pour beaucoup c’est déjà la course pour la survie et bientôt nous serons tous comme devant les portes d’un stade après une alerte à la bombe : nous voudrons être les premiers dehors. Mais il n’y aura plus de dehors. Je suis curieux de voir ce qu’il se passera alors : résignation, altruisme ou piétinement des plus faibles jusqu’au carnage ?

Voilà où nous en sommes. Dans ce stade. Ou, autre métaphore, dans cette barque qui prend l’eau et dans laquelle certains écopent avec l’énergie du désespoir (pour une fois cette expression n’est pas galvaudée car il s’agit bien de cela : il n’y a plus d’espoir pour les passagers de cette barque qui savent bien « au fond » qu’ils vont couler).

 

Mais voilà où je voulais en venir : dans cette barque donc, certains écopent. « Et les autres ? », demanderez-vous. Eh bien, certains, les plus nombreux (les plus égocentrés et/ou les plus inconscients) font comme si de rien n’était, mais quelques-uns utilisent quand même ces moments qui leur sont comptés pour se demander ce qu’ils sont venus faire dans ce monde qui les avait condamnés d’avance.

Condamnés d’avance ? Mais ne le sommes-nous nous pas tous, depuis toujours ? Par la mort ?

Arnold Böcklin - Die Toteninsel V (Museum der bildenden Künste Leipzig)

Arnold Böcklin - Die Toteninsel V (Museum der bildenden Künste Leipzig)

Il n’a pas fallu attendre la fin en vue de l’humanité pour cela.

C’est pourquoi, tels ces passagers dans la barque qui passent leurs derniers moments à réfléchir, les philosophes se sont depuis toujours demandés ce qu’ils font "là" et quel est le sens de "tout cela". En méditant.

 

 

 

 

P.S. : Dans le billet du 9 août 2008 il était question d’étonnement.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article