Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

inéluctabilité

inéluctabilité

Aujourd’hui le pire est à nos portes. « Ce n’est plus comme jadis la nature, mais justement notre pouvoir sur elle, qui désormais nous angoisse - et pour la nature et pour nous-mêmes », écrivait* très justement Hans Jonas, il y a presque vingt ans déjà. Quant à la catastrophe**, pour être approchée de façon appropriée, elle devrait être envisagée non comme une perspective mais comme une certitude. Quand elle adviendra, presque sans étonnement on passera alors du « C’est impossible ! » à « Cela devait arriver ! ».

On l’a bien vu avec ce grand dégingandé** de Bolt sur une piste à Londres, la semaine dernière lors des mondiaux d’athlétisme : il ne pouvait que gagner avant qu’il ne s’effondre, victime d’un claquage. Alors là, il ne pouvait que perdre car « c’était la course de trop ». Les commentateurs sportifs qui, l’instant d’avant le voyaient invincible, se rappelèrent soudain qu’il n’avait été que troisième à sa course précédente. Ils n’avaient pas eu la puce à l’oreille, maintenant si.  Juste après l’instant où hébétés, abasourdis même, ils n’en croyaient littéralement pas leurs yeux, les voilà en train de vous dire qu’il ne faisait absolument de doute pour personne que la catastrophe (ici un claquage) enfin advenue devait arriver.

 

Tel sera le futur de l’humanité. Les catastrophes, on les voit venir mais on ne les qualifiera de probables qu’une fois advenues : le feu nucléaire ou les multiples conséquences de la mise à mal de l’environnement par une humanité trop nombreuse et imprévoyante.

 

Pour le méditant aussi, cet homme qui attache sa charrue à une étoile pour tracer son sillon droit (pour paraphraser un proverbe arabe), l’improbable est certain et l’illumination serait même sa récompense automatique. En tout cas elle est inéluctable dans l’exacte mesure où ne la croyant pas possible, il ne la recherche ni ne la souhaite, ni consciemment ni inconsciemment. D’ailleurs, mais malheureusement il l’ignore encore, lui à qui on ne peut le dire, il est déjà illuminé.

La méditation est illumination, et c’est la vie, ce mystère peint de toutes les couleurs de la beauté. Mais cela, les lecteurs de ce blog le savent déjà : c’est ce que je leur dis depuis 11 ans aujourd’hui.

 

 

 

 

* : Pour une éthique du futur, Hans Jonas, Payot-rivages, Paris, 1998, p. 105. Voyez aussi : http://clicetclicetphilogram.fr/Jonas/fondementontologique.htm

** : Jean-Pierre Dupuy a parlé de ce scénario du pire considéré sous l’angle de son inévitabilité dans un ouvrage inégal mais indispensable (à condition d’être lu très attentivement) : Pour un catastrophisme éclairé, Editions du Seuil, Paris, 2002

P. S. Dans le billet du 21 août 2006, le premier de ce blog, il était question de quiétude.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article