Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

raccourci

Vous pouvez méditer de deux façons (qui dès lors ne devraient peut-être pas s’appeler de la même façon, mais soit).

Première façon: vous avez l’humilité d’estimer que la méditation pourrait vous apporter quelque chose et la fatuité de croire que vous êtes digne de ce quelque chose. Vous méditez, vous.

Seconde façon: vous ne méditez pas volontairement et quand vous le faites vous n’en êtes pas conscient. Vous ne recherchez rien, vous avez la fatuité de croire que la méditation « non-désintéressée » ne pourrait de toute façon rien vous apporter que vous n’ayez déjà (ou alors vous croyez qu’elle vous apporterait peut-être quelque chose, mais ce que vous obtiendriez aurait été prédéterminé par ce que vous aurez voulu trouver, ce qui rend la démarche sans intérêt), ou bien vous avez la sagesse d’être en l’état où vous ne cherchez plus, non pas par ce que vous auriez « trouvé », mais parce que vous, le chercheur (insatisfait), le sujet (désirant), le méditant, que sais-je, vous avez découvert que vous êtes l’illusion personnifiée. 

Vous qui méditez de la première façon, vous ne « trouverez » vraisemblablement que lorsque vous abandonnerez votre recherche.

Si vous êtes tel le second larron (la référence au larron sur la croix qui dépasse tout le monde pour accéder au paradis n’est peut-être pas fortuite), c’est plus délicat à décrire (qui suis-je pour tenter la chose? Et d’abord pour vous distinguer du premier larron, peut-être faudrait-il donner un autre nom à ce que vous faites, on ne peut appeler « méditation » deux choses aussi différentes), vous avez sans doute déjà trouvé, vous vous êtes trouvé vous-même en fait, vous qui est la non-recherche-même. Mais bien sûr, vous l’ignorez.

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 30 octobre 2013, intitulé rectification, il était question de propos assez iconoclastes.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article