Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

intuition

Question émergeant spontanément du méditant, alors que la nuit est encore noire et que la chouette s’est tue - ce qu’il déplore -  quand il a allumé la lampe de la chambre donnant sur la forêt: si la meilleure attitude à adopter vis-à-vis de l’énergie est de ne pas (trop) en user pour ne pas devoir (trop) la produire (ce que font les adeptes de la décroissance, et pas seulement les amoureux des oiseaux de nuit), et si d’autre part, la meilleure façon de se préserver de la souffrance est de ne pas la produire en se reproduisant (ce que pensent de plus en plus de gens, et pas seulement les moines), quelle relation secrète, mystérieuse, peut-il bien y avoir entre l’énergie et la souffrance? L’intuition du méditant le lui dit: quelque chose les relie. Il ne sait trop quoi, encore moins comment la formuler.

Faire une recherche là-dessus, se dit-il, avant de retomber dans l’extatique silence, d’éteindre la lumière et d’entendre le coq prenant le relais de la chouette.

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 24 octobre 2007 il était question d’un dilemme.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article