Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

constat

Considérant la souffrance qui nous entoure - pensez simplement à ces enfants qui naissent handicapés et à ces autres que l’on tue - et les tragédies innombrables auxquelles doivent faire face les humains et tous les autres êtres vivants*, et bien que n’ignorant pas les limitations de notre cerveau et donc son inaptitude à comprendre le monde** et à juger son créateur au cas où il existerait, on ne peut pourtant s’empêcher d’avancer trois hypothèses:

Soit le créateur est cruel, soit il est indifférent, soit il n’existe pas (ou plutôt n’existe plus***, s’étant suicidé de honte d’avoir créer un monde où la souffrance est si criante).

Personnellement j’aurais une légère préférence pour la troisième hypothèse, la plus élégante et celle qui ne nous demande pas de pardonner l’impardonnable.

 

 

 

 

*: Sans oublier la souffrance que nous provoquons, nous les humains: on torture tout le vivant, on le mange, excepté nous-mêmes; mais de nous-mêmes pourtant nous ne faisons pas beaucoup de cas non plus. Nous sommes cruels envers nos semblables, nous nous entretuons même, sans doute parce que pour nous soulager de notre violence atavique, les espèces qui nous sont inférieures (elles le sont toutes en termes d’intelligence calculatrice) ne nous suffisent pas…

**: Ce monde dont 95 % nous est totalement inconnu (masse noire, trous noirs, etc…) et cela ne le savons, mais nous ignorons sans doute bien d’autres choses encore plus essentielles.

***: C’est encore trop lui faire honneur que de lui pardonner son incompétence par son inexistence, mais que voulez-vous, même le plus iconoclaste a un peu peur de se tromper, et que Dieu existe et l’épie.

P.S.: Dans le billet du 13 octobre 2007 il était question d’une présomption.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article