Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

fanatisme

Bien sûr les ingrédients de base pour fanatiser les gens sont connus: vous les maintenez dans l’analphabétisme, ou tout au moins loin de ces écoles où l’on apprend aussi à penser, puis vous les matraquez de croyances irrationnelles et de dogmes infondés; ensuite vous ne manquez pas de les maintenir dans une existence sans éclat, de leur donner du sexe triste (largesses obligées pour vidages de couilles) avec un partenaire imposé, et tant que vous y êtes, vous déclarez sales, voire pervers le plaisir sexuel et tous les autres plaisirs aussi d’ailleurs; et vous n’oubliez pas, cela va de soi, de leur refuser tout psychotrope doux susceptible de relâcher les tensions haineuses, de relativiser et de faire prendre quelque hauteur.

Mais vous pouvez encore sophistiquer la chose, foi de méditant: si, en plus vous leur déniez toute possibilité de se comprendre et de se connaître (par les voies de la psychologie des profondeurs, de la psychanalyse ou de la déconstruction par exemple) et d’accéder à la transcendance en leur refusant, et le silence (absence de bruits) par l’obligation de psalmodier sans cesse, et le silence (intérieur) auquel seule la liberté de penser ce que l’on veut (et donc d’arriver un jour à la non-pensée, autre nom de la transcendance) peut mener, vous vous assurez des troupes littéralement déracinées, dépourvues d’humanité, folles de douleur et capables de tout pour se venger et vous faire payer de votre vie, le bonheur, voire l’extase qui leur est refusée et que, familier du silence, vous vivez peut-être.

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 15 août 2013 il était question d’un excès.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article