Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

placidité

L’état catastrophique de la planète est le résultat d’une équation simple: il est mathématiquement égal au nombre d’humains multiplié par l’empreinte néfaste que chacun d’entre eux laisse en polluant (je laisse aux sociologues le soin d’établir qui pollue le plus et dans quelle proportion de l’éduqué ou de l’ignare, du citadin ou du paysan, du riche ou du pauvre, du bourgeois ou du prolétaire, etc.).

Mais on le sait, il est fort imprudent de soutenir qu’une solution logique, simple et  indépassable pour remédier un tant soit peu à cet état est dans la réduction de ce nombre d’humains. C’est que la protestation viendrait de l’espèce elle-même en quelque sorte, qui se défendrait en vous accusant: « Réduire? Qu’osez-vous dire là? Seriez-vous un adepte de la guerre, de l’épidémie, voire de la stérilisation forcée à la Sanjay Gandhi pour arriver à cette fin? 

- Que non, répondriez-vous sans que l’on veuille vous entendre. Réduire, restreindre délibérément sa reproduction, se sentant responsable. Réduire le poids sur la branche sur laquelle notre planète est assise et que l’on entend craquer, craquer… Réduire pour que la vie continue, tout simplement. »

Ce serait peine perdue. Et vous resterez donc silencieux (ce qui, dit en passant, est délicieux), d’autant plus volontiers que si vous êtes, vous, de ceux qui ont privilégié la recherche du sens à la reproduction, votre vie est déjà relativement simple en ce sens que, sans progéniture à protéger, vous n’avez à vous morfondre pour personne en particulier.

Le paradis pour vous est donc sur terre (une terre qui vous remercie ainsi). Et plus vous avancez en âge, plus cela vous est évident. Comme vous apparaît évident que ce l’esprit désire le plus au monde ce n’est rien d’autre que le calme.

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 11 juillet 2014  il était question de trois métaphores instructives pour le méditant certes, mais pas que pour lui.

Photo (magnifique) de Donovan Wylie, Irish gypsies, dans la série Travelers

Photo (magnifique) de Donovan Wylie, Irish gypsies, dans la série Travelers

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article